GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Primaire de la droite: les candidats se déchirent sur le vote de gens de gauche

    media Les six candidats à la primaire française 2016 de la droite et du centre. Joël SAGET Kenzo TRIBOUILLARD Martin BUREAU Lionel BONAVENTURE /

    En France, c’est un sujet de friction à droite entre les candidats à la primaire : les électeurs de gauche vont-ils se déplacer les 20 et 27 novembre prochain pour faire barrage à Nicolas Sarkozy ? C’est ce qu’on craint de plus en plus dans le camp de l’ancien président. Mais les autres candidats, au premier rang desquels Alain Juppé, parient là-dessus pour tirer leur épingle du jeu. Résultat, la tension monte.

    Nicolas Sarkozy en personne brandit depuis trois semaines cette menace présumée : si les électeurs de gauche venaient à voter les 20 et 27 novembre prochains, cela dénaturerait le résultat de cette primaire. Sous-entendu, cela pourrait l’empêcher de gagner. Les sympathisants de gauche pourraient en effet être tentés de s’opposer massivement à lui.

    Sur ce sujet-là, l’ancien président ne cesse de s’en prendre à Alain Juppé, favorable pour sa part à une primaire non exclusivement partisane. « Quand on appelle à voter des électeurs de gauche et un peu de droite, on se prépare à des arrangements, c’est alors qu’on n'a rien compris à la gravité des défis qui s’imposent à la France », a accusé en ces termes Nicolas Sarkozy cette semaine.

    Un argument battu en brèche par ces principaux adversaires. Et pour cause : tous espèrent secrètement bénéficier de ce vote anti-Sarkozy qui s’annonce. « Ce n’est pas aux candidats de décider qui doit voter », a estimé ce jeudi 6 octobre 2016 Nathalie Kosciusko-Morizet, alors que François Fillon a appelé tous les Français qui le souhaitent à venir participer.

    L’ancien Premier ministre juge au passage l’analyse de Nicolas Sarkozy un peu étrange, dit-il, « de la part d’un président de la République qui a fait rentrer des socialistes au gouvernement ». Alors que dans le camp Juppé, pour contrer l’argument, on met en avant la probable participation de sympathisants frontistes. Selon les sondages, ils pourraient être aussi nombreux à se déplacer que les électeurs de gauche. Résultat, minimise Gilles Boyer, le bras droit d’Alain Juppé, cela devrait compenser.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.