GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Primaire de la droite: Juppé, gagnant du premier débat selon les sondages

    media Les sept candidats à la primaire de la droite et du centre sur le plateau du débat, le 13 octobre 2016. REUTERS/Martin Bureau

    Quelques flèches décochées, avec Nicolas Sarkozy dans le viseur, puis un grand oral sur les thèmes économiques et sociaux: le premier débat télévisé entre les septs concurrents de la primaire de la droite (20-27 novembre) jeudi a oscillé entre le chaud des rivalités et le froid des chiffres.

    A la poursuite du grandissime favori des sondages Alain Juppé et du challenger Nicolas Sarkozy, c'est Jean-François Copé qui a frappé le premier, très fort, pour ouvrir cet exercice inédit à droite, entre sept candidats et à sept mois de l'élection présidentielle.

    « Il y a 10 ans en 2007, j'avais comme des millions de Français espéré en la rupture que proposait Nicolas Sarkozy », a déclaré le maire de Meaux, avec à sa droite l'ancien président de la République. « Cette rupture, malheureusement on ne l'a pas faite », a-t-il poursuivi, donnant le ton d'une émission qui a vu Nicolas Sarkozy plusieurs fois épinglé sur son bilan ou ses propositions par ses concurrents. L'ex-chef de l'Etat a volontiers rappelé avoir « gouverné » avec ceux qui l'entouraient dans ce grand oral très attendu.

    Tonalité offensive

    Dans leurs propos liminaires, tous ont marqué leurs différences, à l'image de Nathalie Kosciusko-Morizet, seule femme du plateau, qui a expliqué vouloir construire « la nouvelle France » et a défendu « une droite de progrès, liberté et audace, alliée au centre, ouverte, qui rassemble ».

    Bruno Le Maire a surenchéri dans la tonalité offensive. « Si vous voulez que tout continue comme avant, eh bien vous avez tout sur ce plateau », a-t-il lancé, face à la caméra et sans cravate, déplorant que « de quinquennat en quinquennat, la France tombe toujours plus bas ».

    Et l'ancien Premier ministre François Fillon, qui avait lancé la première pique de la campagne sur le thème de la probité, a ajouté vouloir être « le président de l'honnêteté », un tacle appuyé en direction de Nicolas Sarkozy. « Aux Français j'ai toujours dit la vérité. j'ai dit que la France était en faillite en 2007 », a-t-il rappelé.

    Alain Juppé en tête dans les sondages

    « Je suis prêt », a pour sa part assuré Alain Juppé. Le favori des sondages a expliqué être « allé à la rencontre de [ses] concitoyens » et avoir « mieux compris les inquiétudes et les exaspérations ». « C'est une primaire ouverte de la droite et du centre », a insisté le maire de Bordeaux, qui a enregistré le soutien de nombreux centristes cette semaine. Appel qui lui a valu une réplique immédiate de Nicolas Sarkozy, l'accusant de vouloir faire des « compromis » avec la gauche.

    Selon un premier sondage Sofrès, Alain Juppé serait cependant largement en tête puisque 36% des sondés le désignent vainqueur du débat, nettement devant Nicolas Sarkozy.

    L'inconnu du plateau, Jean-Frédéric Poisson, s'est fait remarquer en reprochant notamment à son camp de n'avoir fait qu'« aménager des pauses, des parenthèses dans les projets que conduisait la gauche » quand elle était au pouvoir.

    Un exercice pavé de chausse-trapes

    Avec un temps d'une minute imparti à chacun par question, les sept postulants, qui se sont tutoyés, se sont ensuite aventurés sur des terrains bien plus techniques, sur les thèmes de fiscalité, de temps de travail ou encore de réforme des retraites. Un exercice pavé de chausse-trapes. Alain Juppé a ainsi trébuché en disant qu'il instaurerait une dégressivité de 20% sur les allocations chômage, alors qu'il prévoit en réalité 25%.

    Mais cela a aussi permis à chacun de présenter précisément ses propositions et de démontrer ainsi son niveau de préparation à gouverner la France. Parmi les mesures choc réaffirmées jeudi soir, la suppression des emplois aidés pour Bruno Le Maire, celle de l'ISF pour Nicolas Sarkozy, la hausse de 3 points de la TVA couplées à une baisse de 35 milliards d'euros des charges sociales pour Jean-François Copé ou encore la proposition de NKM d'instaurer un « revenu de base pour tout le monde ». Les sept candidats ont abordé dans la seconde partie de l'émission les sujets d'identité, de sécurité et de terrorisme.


    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.