GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    • Éliminatoires CAN 2021 : le Gabon s’impose à domicile face à l’Angola lors de la deuxième journée (2-1)
    France

    France: Emmanuel Macron entretient le suspense sur sa candidature en 2017

    media Emmanuel Macron, le 30 août 2016. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    C'est la question que tout le monde se pose et que la presse pose inlassablement à Emmanuel Macron : quand direz-vous si vous êtes candidat à l'élection présidentielle ? Dans une interview accordée à la chaîne de télévision de l'agence Bloomberg, Emmanuel Macron évoque une échéance, décembre ou janvier au plus tard.

    Emmanuel Macron ne veut pas se laisser imposer un calendrier. Ni par la primaire de la droite, ni par la primaire de la gauche. C'est en tout cas ce qu'on répète inlassablement dans son entourage.

    Le député socialiste Arnaud Leroy insiste : « Emmanuel Macron veut rester maître des horloges ». En répondant en anglais à l'agence Bloomberg, Emmanuel Macron aurait donc juste voulu donner le délai qu'il s'accorde avant de dire s'il se présente en 2017.

    Officiellement, que François Hollande fasse acte de candidature ou pas courant décembre, ça ne changera rien. Mais Arnaud Leroy confirme que l'hypothèse d'un renoncement du chef de l'Etat est bien envisagée, et peut-être attendue : « On a toujours dit qu'il ne fallait pas qu'il se représente ».

    La polémique sur les confidences de François Hollande ne fait que renforcer cette opinion. Un autre proche, le député Richard Ferrand estime que « ça ne crédibilise pas l'action et la position du chef de l'Etat ».

    Et tant mieux, comprend-on, si le long entretien accordé à l'hebdomadaire Challenges publié ce week-end dans lequel Emmanuel Macron donne sa vision de la fonction présidentielle, « percute la mauvaise séquence du président de la République ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.