GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Que vont devenir les mineurs une fois évacués de la «jungle» de Calais?

    media Arrivée à Londres du premier groupe d'enfants mineurs non accompagnés en provenance de la «Jungle» de Calais, le 17 octobre 2016. REUTERS/Peter Nicholls

    A Calais, les premiers mineurs ont quitté ce mercredi 2 novembre les containers du centre d'accueil provisoire installé dans l'ancienne « jungle ». Ces adolescents vont être conduits vers des centres d'accueil et d'orientation un peu partout en France, où leur dossier sera examiné. Leur évacuation doit se terminer dans la soirée, a annoncé Bernard Cazeneuve.

    La plupart d'entre eux veulent aller au Royaume-Uni, mais plus aucune demande de transfert ne sera traitée à Calais, peut-on lire sur le papier qui a été distribué à ces adolescents pour préparer leur départ. Ces mineurs veulent aller en Angleterre, l'Etat doit donc les convaincre que quitter Calais ne signifie pas renoncer à leur rêve d'exil.

    Voilà pourquoi des membres du Home Office britannique, l'équivalent du ministère de l'Intérieur français, accompagnent les adolescents dans les bus. Une fois arrivés dans les 60 centres d'accueil, ces mêmes agents britanniques vont participer à l'étude des dossiers des mineurs, pour repérer ceux qui peuvent bénéficier d'un regroupement familial et les plus vulnérables.

    Les mineurs qui ne rentrent ni dans une case ni dans l'autre risquent donc d'être recalés. La France a promis qu'ils seraient pris en charge par l'aide sociale à l'enfance, mais vont-ils accepter de renoncer à leur rêve ? Rien n'est moins sûr, car la semaine dernière des mineurs ont déjà été transférés vers des centres situés dans deux départements français et il n'aura suffi que de quelques jours pour que la moitié d'entre eux ne se volatilise.

     → A (RE)LIRE : France ou Royaume-Uni: le sort des derniers mineurs de Calais en question

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.