GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    [Reportage] Dans un gymnase à Paris converti en centre d'accueil de migrants

    media Près de la station Stalingrad à Paris, des migrants attendent d'embarquer dans des bus pour être transférés dans des centres d'accueil en France. REUTERS/Benoit Tessier

    Place nette a été faite, à Stalingrad, au nord de Paris. Ce vendredi 4 novembre, les autorités ont évacué les 3 800 migrants qui campaient depuis cet été à même le trottoir. Ils ont été transportés en autocars vers différentes structures temporaires. Reportage dans l'une d'elle : un gymnase au sud de Paris.

    C'est l'heure du déjeuner. 130 personnes se massent devant les micro-ondes installés quelques heures plus tôt. Camille Lacroix et Nicolas Hué, de l'association Aurore, s'occupent de l'accueil dans ce gymnase. Ils sont sur la brèche, la préfecture les a prévenus la veille.

    « Il y a le problème de l'eau. On a distribué des [bouteilles de] Cristalline, mais si on pouvait avoir un peu plus d'eau en réserve, ce serait bien », explique Camille Lacroix. « Ça a été un peu le rush évidemment ce matin, mais en même temps on sait que c'est pour une cause plus que justifiée et ça surpasse l'état d'anxiété qui peut être le nôtre quand on a à surmonter ça dans l'urgence », ajoute Nicolas Hué.

    Mauvaise anticipation ?

    Une urgence que les services sociaux auraient du mieux appréhender, selon certains riverains. « Les gens de la préfecture, on ne les a pas particulièrement vus pour appuyer les membres de l'association, lors de cette mise à l'abri de grande ampleur », se désole une habitante venue donner un coup de main.

    Mais beaucoup de migrants se demandent toujours ce qu'ils vont devenir ensuite. A l'image d'un Guinéen de 23 ans qui vivait dans la rue à Stalingrad depuis trois mois. Aujourd'hui, il ne cache pas son inquiétude. « Dehors ou ici, ça n'a pas de grande différence pour le moment. Ici, il fait plus froid que dehors. On attend de voir ce qui viendra dans les jours à venir. » La préfecture a en tout cas promis que l'hébergement dans ce gymnase ne dépasserait pas deux semaines.

    A (RE)LIRE → France: réfugiés et migrants de nouveau évacués du campement de Stalingrad

    REPORTAGE

    Dehors ou ici, ça n'a pas de grande différence pour le moment. Ici, il fait plus froid que dehors. On attend de voir ce qui viendra dans les jours à venir.

    Dans un gymnase du sud de Paris 04/11/2016 - par Pierre Olivier Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.