GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Grève à i-Télé: entre la rédaction et la direction, la situation reste bloquée

    media Jeudi 10 novembre novembre, les salariés d'i-Télé ont voté à 82% pour une nouvelle reconduction de la grève jusqu'à lundi 14 novembre. REUTERS/Benoit Tessier

    La grève se poursuit à i-Télé, la chaîne d'information du groupe Canal+. Elle entre lundi prochain dans sa 5e semaine, ce qui en fait l'une des grèves les plus longues de l'histoire de l'audiovisuel en France. Le gouvernement a rencontré les grévistes et va recevoir la direction de la chaîne pour tenter de sortir de l'impasse.

    L'arrivée de Jean-Marc Morandini sur la chaîne il y a un mois est l’étincelle qui a mis le feu aux poudres. Pour les grévistes, la présence à l’antenne de l’animateur, par ailleurs mis en examen pour corruption de mineurs aggravée, nuit gravement à l'image de la chaîne.

    Plus globalement, les journalistes demandent l'instauration de règles éthiques dans l'entreprise faisant bien la part entre l'information, d'un côté, et le divertissement, de l'autre. Une distinction que n'opère pas la nouvelle émission de Jean-Marc Morandini, déjà rappelée à l'ordre par le CSA, pour manquements aux exigences d’honnêteté et de rigueur dans la présentation et le traitement de l’information.

    Pour les journalistes de la chaîne, cela préfigure le projet de la direction pour l'avenir d’i-Télé. C'est pourquoi, en plus du départ de Jean-Marc Morandini, ils demandent à ce qu'un directeur de la rédaction, distinct du directeur de la chaîne, soit nommé, et que soient élaborés une charte éthique et un projet stratégique clair.

    Le projet de la direction de Canal+

    La direction de Canal+, détenue par le groupe Vivendi lui-même mené par le capitaine d'industrie Vincent Bolloré, ne se satisfait pas de voir l'audience de la chaîne d'info à 1% de part d'audience, loin derrière BFM TV. La chaîne aurait perdu 100 millions d'euros en 5 ans et on prêtait encore il y a peu à Vincent Bolloré l'intention de vendre tout bonnement i-Télé.

    Désormais, la direction penche plutôt pour une chaîne rebaptisée Cnews, C comme Canal, proposant moins d'actualité chaude et plus « d'entertainment ». Le divertissement, les sports, la culture occuperaient de 10 à 20% du temps d'antenne. Pour l'instant, chacun campe sur ses positions et le gouvernement, bien que peu désireux de s'ingérer dans les affaires d'un groupe privé comme Canal+, tente néanmoins de favoriser une sortie de crise. Les journalistes d’i-Télé ont été reçus jeudi par la ministre de la Culture Audrey Azoulay, qui avec sa collègue Myriam El Khomri, ministre du Travail, recevra également lundi 14 novembre la direction de Canal+.

    Les propositions de la direction pour en finir

    La direction propose que le directeur de la chaîne soit entouré d'adjoints afin de traiter l'aspect rédactionnel des contenus. Par ailleurs, l'émission de Jean-Marc Morandini serait bien encadrée par la rédaction en chef et aucun journaliste n'aurait obligation de travailler avec lui. Mais, surtout, la direction engage les mécontents à s'en aller. Elle met en avant des indemnités de départ volontaire qui peuvent aller jusqu'au double de ce qui est conventionnellement prévu.

    Et sur ce point au moins la direction rencontre un certain succès. Déjà plusieurs journalistes ont officiellement annoncé leur départ. Selon les grévistes, près du tiers de la rédaction serait partante, amputant gravement les capacités de production, si l'actuel directeur de la chaîne Serge Nedjar reste en place. Un mouvement de départ massif confirmé par les patrons d'autres médias audiovisuels qui déclarent recevoir chaque jour les offres de services de journalistes d’i-Télé.

    Pendant ce temps, la chaîne continue de perdre de l'audience. Après avoir annulé la nuit d'information prévue pour les résultats de l'élection présidentielle américaine i-Télé stagne désormais, avec des rediffusions de ses programmes, à 0,3% de part d'audience.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.