GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Attentats de Paris: les victimes de l’assaut de Saint-Denis se sentent oubliées

    media Saint-Denis, 18 novembre 2015. REUTERS/Philippe Wojazer

    Quelques jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, le 18 novembre 2015 à l'aube, les forces du Raid, une unité d'élite de la police nationale française, lançaient l'assaut contre un immeuble habité de la ville de Saint-Denis. L'opération mènera notamment à la mort d'Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le coordinateur des attaques. Près d'un an après, les habitants sinistrés de l'immeuble vont saisir le fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme pour être indemnisés.

    Mercredi 18 novembre 2015, 4h20 du matin. Les habitants du 48 rue de la République, à Saint-Denis (département de Seine-Saint-Denis, au nord de Paris) sont réveillés par un assaut mené par les hommes du Raid. Des cris, des coups de feu nourris... L'opération est particulièrement violente.

    Ces personnes n'étaient pas au Bataclan, ni en terrasse à la Bonne Bière ou à La Belle Equipe, ou encore au Petit Cambodge, mais leur traumatisme est bien réel. Et près d'un an après les faits, environ 100 personnes n'ont toujours pas regagné leur logement. La plupart sont encore hébergées dans des résidences hôtelières.

    Les grands oubliés des attentats de novembre à Paris et Saint-Denis

    La dizaine de familles concernées, représentée par l'avocat Méhana Mouhou, subit toujours les conséquences de l'assaut et ces habitants se considèrent comme les grands oubliés des attentats. Maître Méhana Mouhou regrette un manque de prise en charge de leur cas par l'Etat français :

    « On fait du bricolage, certaines sont relogées. Mais à quel prix ? Elles avaient des loyers de 400 à 600 euros, on leur a dit qu'on leur avait trouvé un appartement à 1 200 euros. Il y a une responsabilité sans faute de l'Etat. On peut même considérer que c'est un dommage collatéral. Elles n'ont rien demandé. il y avait des terroristes qui étaient là, il fallait bien évidemment les déloger. Rien n'est prévu en réalité. »

    Les familles de la rue de la République veulent être indemnisées

    L'avocat entend bien faire reconnaître ses clients comme des victimes des attentats du 13-Novembre à part entière. Il prévoit de saisir le fonds de garantie pour que ces habitants sinistrés soient indemnisés.

    « Ces familles vont très mal. Elles sont suivies sur le plan psychiatrique. Certains ont perdu leur emploi. D'autres sont poursuivis par des huissiers parce qu'ils n'arrivent pas à faire face. La situation est vraiment dramatique », plaide Me Mouhou.

    → Débat du jour : Comment mesurer le préjudice d’angoisse des victimes des attentats ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.