GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: retour sur le premier anniversaire des attentats du 13-Novembre

    media Lâcher de ballons à la mairie du 11e arrondissement de Paris, dimanche 13 novembre 2016. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Ce dimanche, exactement un an après les attentats de Paris et Saint-Denis, François Hollande, accompagné notamment du Premier ministre Manuel Valls, a refait l'intégralité du parcours des commandos terroristes du 13 novembre 2015. Il s'est d'abord rendu à Saint-Denis, aux abords du Stade de France, en compagnie du maire de la ville. Puis François Hollande a inauguré des plaques commémoratives, sur chacun des lieux touchés par les attaques dans la capitale, aux côtés de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Des cérémonies sobres, sans discours.

    Les victimes du Bataclan, la litanie des victimes 13/11/2016 - par RFI Écouter

    Ce fut, à la demande des familles de victimes des attentats du 13 novembre 2015, un parcours cérémoniel empreint de sobriété. Dévoilement d'une plaque, dépôt d'une gerbe de fleurs, minute de silence, lecture des noms des victimes ; à chaque étape, le rituel a été le même. Des cérémonies « marquées par une grande sobriété, en laissant place autant que possible au recueillement spontané de tous les Parisiens », indiquait pour sa part la municipalité.

    Les attentats de cette funeste journée du 13-Novembre ont fait 130 victimes, dont 90 pour la seule salle de concert du Bataclan. Là encore, la cérémonie, qui a duré une quinzaine de minutes, était remarquable par son recueillement. Les médias avaient d'ailleurs été priés de se faire discrets : les nombreuses chaînes de télévision présentes sur les lieux du drame avaient notamment l'interdiction formelle de filmer les visages des proches des victimes, sous peine d'être exclues.

    Devant le Bataclan, le silence n'a été interrompu que par la lecture de la longue liste des noms des personnes décédées dans la salle de spectacle. François Hollande et la maire de Paris ont ensuite dévoilé des plaques commémoratives recouvertes du drapeau bleu, blanc, rouge. L’une d’elles apposée près de l’entrée de la salle, l’autre sera installée dans le jardin juste en face.

    Ainsi, chacun pourra venir se recueillir dans un endroit propice à la mémoire. Beaucoup de proches des victimes, de voisins mais aussi des secouristes et des policiers ont assisté à la cérémonie, rapporte notre envoyé spécial, Pierre Olivier. Egalement présent dans la foule : le chanteur des Eagles of Death Metal, le groupe qui jouait ce 13 novembre 2015 au Bataclan. Jesse Hughes s’était vu refuser l’entrée au concert de réouverture la veille.

    François Hollande, un écart à un programme tiré au cordeau

    Devant la mairie du 11e arrondissement de Paris, une association de survivants avait aussi organisé un rassemblement, qui avait débuté par deux morceaux de piano interprétés par une secouriste venue en aide aux victimes piégées par les tarroristes l'an dernier. Une centaine de proches de victimes étaient venus se recueillir et François Hollande s'y est invité. La présidente de l’association, à l’origine de cette cérémonie, a pris la parole pour évoquer la douleur, la peine de ceux qui restent en vie. Puis une centaine de ballons de baudruche de toutes les couleurs a ensuite été lâchée dans le ciel pour laisser filer une partie de la tristesse et de la colère des victimes. C’était le sens de leur geste, ont-elles expliqué à notre envoyée spéciale Alice Pozycki.

    La cérémonie publique s’est terminée en chanson, avec une chorale Gospel. Un hommage court, très sobre, suivi par des centaines de personnes réunies autour de la mairie de cet arrondissement meurtri. Sur la grande bannière installée sur la façade de lu bâtiment pour l'occasion, on pouvait lire : « Paris se souvient ». Trois mots écrits sous la devise de la capitale, « Fluctuat Nec Mergitur ». « Battue par les flots, mais ne sombre pas » ; Paris porte bien sa devise en ce 13 novembre 2016.

    Des bougies pour ne pas oublier

    Les Parisiens pourront se recueillir tout au long de la journée sur le site des attaques et les Français sont invités à allumer ce soir une bougie en souvenir des 130 victimes. Une messe sera également dite en la cathédrale Notre-Dame par l'archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois.

    ► Retour sur les événements du 13 novembre et leurs conséquences aujourd'hui, point sur l'enquête et sur la lutte contre le terrorisme, RFI était ce matin en édition spéciale :   

    - retour sur les attentats avec la participation de Daniel Psenny, journaliste au quotidien Le Monde et témoin de l'attaque de Bataclan
    - Le point sur l'enquête et l'évolution de la lutte anti-terroriste avec Elyamine Settoul, spécialiste du jihad, Céline Berthon du syndicat de police SCPN et maître Berton, avocat d'Abdelhamid Abaoud

    Edition spéciale - commémoration attentats du 13 novembre 2015 -1ere Partie [7h-8h] - 131116 13/11/2016 - par RFI Écouter

     

    - un an après les attentats, quelles conséquences avec Nathalie Goulet de la Commission d'enquête sur l’organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux jihadistes en France et en Europe ; Georges Fenech, député LR du Rhône et président de la Commission d’enquête parlementaire pour la lutte anti-terroriste ; Sébastien Pietrasanta, député PS des Hauts-de-Seine et rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats
    - vivre après les attentats avec Patrick Clervoy, psychiatre, Emmanuel Domenach, vice-président de l'association 13 novembre-fraternité et vérité et Fréderic Bibal, avocat signataire du Livre Blanc demandant l'indemnisation des victimes du préjudice d'angoisse post-attentat

    Edition spéciale - commémoration attentats du 13 novembre 2015 -2e Partie [8h-9h] - 131116 13/11/2016 - par RFI Écouter

    avec Olivier Chopin, chercheur à l’EHESS, spécialiste des questions de renseignement et de sécurité et Guillaume Denoix de St Marc, directeur général de l’Association française des victimes du terrorisme

    Edition spéciale - commémoration des attentats du 13 novembre 2015 - 3e Partie [13h10-13h30] 13/11/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.