GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Plus d'une soixantaine de soldats se trouvaient sur la base, 43 ont été tués, neuf blessés et six sont portés disparus», indique le ministère afghan de la Défense dans un communiqué.

    Dernières infos
    France

    France: Emmanuel Macron se présente à l'élection présidentielle de 2017

    media Déclaration de candidature de l'ancien ministre Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017. REUTERS/Jacky Naegelen

    L'ancien ministre français de l'Economie a annoncé ce mercredi 16 novembre 2016 qu'il se portait candidat à l'élection présidentielle. Emmanuel Macron, 38 ans, place sa déclaration « sous le signe de l'espérance » et appelle à « sortir du statu quo » politique pour répondre aux défis d'une « ère nouvelle ». Il sera jeudi à Marseille.

    C'est officiel, Emmanuel Macron est candidat à la présidentielle d'avril et mai 2017. Son entrée en lice était attendue, et l'intéressé a mis fin au suspense lors d'un discours prononcé ce mercredi dans un centre d'apprentissage de Bobigny, ville populaire du département de Seine-Saint-Denis, au nord-est de Paris.

    Cette déclaration de candidature a été empreinte d’une grande solennité. Emmanuel Macron a voulu montrer que le moment était grave pour lui, et qu’il mesurait la responsabilité d’une candidature à la présidence de la République. Puis il a donné, bien sûr, les raisons de cette décision.

    « Je suis candidat à la présidence de la République, parce que je crois plus que tout que nous pouvons réussir, que la France peut réussir », a déclaré l'ancien ministre de l'Economie de Manuel Valls, qui avait aussi été le conseiller économique du président Hollande à l'Elysée pendant la première partie du quinquennat.

    « Bien sûr, on ne se réveille pas un matin avec cette révélation. La décision de me présenter aux plus hautes charges de la République est le fruit d'une conviction intime et profonde, d'un sens de l'histoire et d'une conscience aiguë des temps qui sont les nôtres », assure l'ancien protégé du chef de l'Etat et de Jacques Attali.

    Extrait de la déclaration de candidature d'Emmanuel Macron, le 16 novembre à Bobigny 16/11/2016 - par Valérie Gas Écouter

    « Trouver le chemin de la réconciliation entre les deux France »

    Fondateur du mouvement En marche, il avait quitté le gouvernement en août dernier, et explique vouloir « faire entrer la France dans le XXIe siècle ». « Je veux que mon pays redresse la tête. Et pour cela, retrouver le fil de notre histoire millénaire. » Un constat : « Les appareils politiques et les logiques politiciennes paralysent notre capacité à aller de l'avant. »

    « J'ai vu de l'intérieur la vacuité de notre système politique », dénonce le trublion, « j'ai mesuré ce qu'il en coûte de refuser les règles obsolètes d'un système clanique qui est devenu le principal obstacle à la transformation de notre pays ». « Ce système, je le refuse », ajoute l'énarque, qui appelle à une « révolution démocratique profonde » plutôt que de s'en tenir aux « recettes du siècle dernier ».

    Emmanuel Macron n'a jamais occupé de fonction élective. Ancien haut fonctionnaire (Inspection générale des finances), passé par la suite dans le milieu des banques d'affaires (Rothschild & Cie), il entend désormais « trouver le chemin de la réconciliation entre les deux France, celle qui vit la mondialisation et les grandes transformations à l'œuvre comme une chance et celle qui en a peur ».

    Il se présente donc comme un candidat libre pour tous les Français oubliés. Ceux des banlieues, ceux des zones périphériques ou rurales, sans oublier bien entendu les jeunes, qui sont exclus de l’emploi. Il répond aussi à François Hollande, qui appelait la veille au rassemblement de la gauche. Lui ne veut pas rassembler la gauche ou la droite, mais les Français.

    À la Une de la revue de presse française ce mercredi, « Macron se lance »


    ■ RÉACTION

    François Fillon, ex-Premier ministre, candidat de la primaire Les Républicains

    « Ce n’est pas une surprise. Je n’ai jamais pensé qu’Emmanuel Macron marchait pour le Téléthon. Donc, tout le monde savait qu’il allait être candidat. Mais je crois que ce qui est important aujourd’hui, c'est qu'il faut retenir la date du 16 novembre : c’est la fin du quinquennat de François Hollande.

    François Hollande est en situation d’échec politique sur beaucoup de sujets. Mais ça, c’est la fin. C’est l’homme le plus proche de lui, celui qui a conçu son programme économique - qui, d’ailleurs, est cause de beaucoup de difficultés et de catastrophes dans le pays.

    Il y avait deux hommes à l’origine du programme économique de François Hollande. Il y avait Emmanuel Macron et M. Cahuzac. C’était les deux conseillers économiques de François Hollande. Le fait qu’ils le quittent aujourd’hui, c’est pour François Hollande la fin de son autorité. »

    La question que je me pose, c’est: comment est-ce qu’on va aller jusqu’à l’élection présidentielle dans une situation comme celle-là? D’autant qu’on va voir arriver d’autres candidatures à gauche, celle sans doute du Premier ministre. Et ça nous donne, je pense, une responsabilité particulière, celle de conduire nos débats avec dignité et surtout de mettre en place un programme de redressement national
    François Fillon, député Les Républicains, ancien Premier ministre 16/11/2016 - par RTL Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.