GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    France

    Primaire de la droite: large victoire de François Fillon

    media Poignée de mains Fillon-Juppé au siège de la Haute autorité de la primaire de la droite, le 27 novembre 2016. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    François Fillon remporte très largement le scrutin de la primaire de la droite. Son concurrent, Alain Juppé, a félicité le député de Paris et lui a apporté son soutien pour la présidentielle de 2017. Fillon a déclaré tendre la main à « tous ceux qui veulent servir » la France.

    François Fillon sort largement vainqueur du second tour de la primaire de la droite, avec 66,5 % des suffrages selon des résultats partiels portant sur 10 008 bureaux de vote (sur un total de 10 229). L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy défendra donc les couleurs de la droite à l'élection présidentielle de 2017. Peu avant 22 h, Fillon et Alain Juppé se sont serré la main au siège de la Haute autorité, preuve du « rassemblement » de la droite derrière François Fillon, selon Thierry Solère, président du comité d'organisation de la primaire.

    Le député de Paris s'est félicité de son succès, qui a « brisé tous les scénarios écrits d'avance ». Rendant hommage à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, Fillon a salué dans son discours sa « victoire de fond » et a remercié ses électeurs, qui « ont trouvé dans [sa] démarche les valeurs françaises auxquelles ils sont attachés ». Il a plaidé pour une « France apaisée et réconciliée » et donne « rendez-vous à tous ceux qui ont dans le cœur la fierté d'être Français ».

    François Fillon a salué dimanche «une victoire de fond» qui a «brisé tous les scénarios écrits d'avance» et lancé un appel au rassemblement. REUTERS/Philippe Wojazer

    Au QG de François Fillon, des hurlements de joie ont accompagné l'annonce des premiers résultats favorables à leur candidat. Dans son discours, émaillé de cris « Fillon président », François Fillon a déclaré avoir « le devoir de vaincre l'immobilisme et la démagogie » : « La gauche, c'est l'échec ; l'extrême droite, c'est la faillite. Je parle de vaincre ces partis politiques, pas de vaincre ces Français déçus, ces électeurs qui ne sont pas aujourd'hui des nôtres mais qu'il me revient aussi d'entraîner vers l'avenir ».

    Alain Juppé, avec 33,5 % des voix, n’est de son côté pas parvenu à créer l’effet de surprise sur lequel il comptait au soir du premier tour, arrivé en deuxième position. L'édile de Bordeaux a « félicité François Fillon pour sa large victoire », indiquant également qu'il allait désormais se « consacrer pleinement » à sa mairie.

    Alain Juppé a aussi déclaré : « Comme je m'y étais engagé, j'apporte dès ce soir mon soutien à François Fillon. Je lui souhaite bonne chance pour sa prochaine campagne présidentielle et la victoire en mai prochain. »

    Alain Juppé a félicité le vainqueur Fillon et le soutient pour la présidentielle. Patrick KOVARIK / AFP

    Les réactions politiques à la victoire de Fillon

    Nicolas Sarkozy, qui a annoncé qu'il allait voter pour Fillon, l'a félicité sur Twitter en lui souhaitant « bonne chance pour le combat politique qui l'attend ». Sarkozy dit également avoir « une pensée amicale pour Alain Juppé qui a défendu avec conviction ses idées ». Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, parti dont les élus avaient massivement soutenu Alain Juppé, a exprimé son souhait de se rallier à la candidature de Fillon, en vue de la présidentielle de 2017.

    François Bayrou, président du MoDem et soutien de longue date d'Alain Juppé, a émis dans la soirée de dimanche des doutes sur le projet de François Fillon : « Ce programme pose en réalité de nombreuses questions aux citoyens et à notre société, qui vont apparaître dans les semaines qui viennent. Ces questions devront trouver réponse. » Le maire de Pau reste flou sur la stratégie qu'il adoptera désormais, lui qui n'excluait pas de se présenter à la présidentielle en cas de défaite de Juppé.

    A gauche, la victoire de Fillon a suscité de virulentes réactions. Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a déclaré sur Twitter : « Une ultra droite liquide le dernier chiraco-gaulliste ». La secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes Juliette Méadel a dénoncé le programme de François Fillon, qui représente selon une elle « une ligne idéologique inquiétante » et « une droite dure et thatchérienne ».

    Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à la présidentielle de 2017, a aussi critiqué le programme de Fillon : « C'est le pire programme de casse sociale qui n'ait jamais existé, le pire programme européiste qui n'ait jamais existé. Jamais aucun candidat n'est allé aussi loin dans la soumission aux exigences ultra-libérales de l'Union européenne. »

    La gauche c'est l'échec, l'extrême droite c'est la faillite, je parle de vaincre ces partis politiques, pas de vaincre ces Français déçus, ces électeurs qui ne sont pas aujourd'hui des nôtres mais qu'il me revient aussi d'entraîner vers l'avenir
    Déclaration de François Fillon 27/11/2016 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.