GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    France

    Le programme de François Fillon pour libéraliser l'économie

    media François Fillon, alors Premier ministre, en visite dans une usine de chaussures à Sarrebourg (est de la France), le 20 janvier 2012. AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

    L’ancien Premier ministre François Fillon a battu l'autre ancien chef de gouvernement, Alain Juppé, dimanche soir au second tour des primaires ouvertes de la droite et du centre : 66,5% des voix, contre 33,5% pour son rival. François Fillon sera donc le candidat de la droite et du centre pour l’élection présidentielle. Une victoire sans appel pour celui qui défend un programme économique ultra-libéral. Tour d’horizon des principales propositions.

    Pour réduire l’endettement du pays, François Fillon fixe à plus de 100 milliards d’euros, l’objectif d’économies, dont 30 milliards pour l’Etat. Pour y parvenir, il compte supprimer 500 000 postes dans la fonction publique sur le prochain quinquennat (voir infographie ci-dessous).

    Après les fonctionnaires, haro sur les dépenses sociales, avec 40 milliards d’économies. Pour y arriver, François Fillon veut d’abord, réintroduire la dégressivité des allocations chômage. Ensuite, concentrer le remboursement de l’assurance maladie sur les affections graves et de longue durée, avec en plus une franchise globale proportionnelle au revenu. Enfin, instaurer une allocation unique, pour fusionner toutes les aides sociales, et donc les diminuer.

    Sur le budget des collectivités territoriales, François Fillon propose un coup de rabot de 20 milliards d’euros.

    La fin des 35 heures

    Pour relancer l’économie, François Fillon s’engage à des allègements de charges pour les entreprises, de près de 50 milliards d’euros, et à baisser l’impôt sur les sociétés qui est de 33% à 25%. Des mesures financées par une hausse de la TVA de deux points sur les taux normal (20%) et intermédiaire (10%).

    Autre mesure phare : une sortie des 35 heures. Il souhaite laisser la liberté aux entreprises pour négocier le temps de travail, dans la limite des 48 heures par semaine, le plafond européen. François Fillon veut également augmenter le temps travail des fonctionnaires, en le passant, en un an, de 35 heures à 39 heures.

    Enfin, pour sauver le financement du régime général des retraites. Il veut reporter l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans d’ici 2022, et fusionner les régimes de retraite privé et public.

    Universalité des allocations familiales

    Les ménages, surtout les plus aisés, ne sont pas oubliés. François Fillon veut alléger leur note fiscale. Tout d’abord, par une suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, et par une baisse de la taxation des revenus du capital.

    Machine arrière sur le quotient familial. Le député de Paris s’engage à une hausse du plafond du quotient familial de 1500 à 3000 euros par demi-part, un niveau supérieur à celui de 2012. Il promet aussi de rétablir les allocations familiales, au même niveau, pour tous les ménages.

    Des baisses d’impôts et des allègements de charges qui vont mettre en péril l’équilibre des finances publiques. Résultat, François Fillon assume désormais un dérapage temporaire du déficit. L’engagement de repasser sous la barre des 3% de déficit, fixé par Bruxelles, est abandonné pour 2017. Le retour à l’équilibre sera garanti d’ici 2022.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.