GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: à gauche, la primaire cherche sa crédibilité

    media Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, souhaite que la primaire soit la plus large possible, afin d'éviter la multiplication des candidatures à gauche. flickr.com

    Après le succès de la primaire de la droite et du centre, cap maintenant sur celle de la gauche. Les prétendants doivent déposer leur dossier entre le 1er et le 15 décembre. La liste des candidats retenus sera communiqué le 17 décembre, mais depuis quelques jours certains à gauche s'interrogent : avec la multiplication des candidatures hors primaire, ce scrutin n'a-t-il pas du plomb dans l'aile ?

    La députée frondeuse Aurélie Filippetti a jeté mardi 29 novembre un pavé dans la mare en disant tout haut ce que certains soupçonnent tout bas : « Moi, je suis très inquiète parce que je sens une volonté d’étouffer les primaires de la gauche, qui vient de l’Elysée, qui vient de certains responsables de Solférino. Ça, ça serait catastrophique. »

    Et ce ne sont pas les propos de Bruno Le Roux, le président du groupe socialiste à l’Assemblée, qui sont de nature à rassurer les inquiets : « Est-ce que la primaire peut aboutir au fait qu’il y ait quatre à cinq candidats de gauche quand même au premier tour de l’élection présidentielle ? Ce serait le fait que la primaire n’a pas rempli son objectif. Moi, je suis pour une primaire qui remplisse l’objectif de rassemblement de la gauche. Donc pour cela, il faut qu’elle soit très large. »

    On voit mal comment en quinze jours, le Parti socialiste pourrait convaincre Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Sylvia Pinel de participer au scrutin...

    « Il y a un chemin, celui de la primaire »

    Pourtant Christophe Borgel, le secrétaire national du PS en charge des élections, se veut rassurant. Pour lui, cette primaire ne peut plus être remise en cause : « Ce sera une primaire. C’est un engagement qui a été pris. Les socialistes l’ont adoptée à l’unanimité et on voit bien la dynamique que donne la réussite d’une primaire. On voit bien que, si on veut rassembler la gauche, il y a un chemin qui est celui de la primaire. »

    Selon Christophe Borgel, 6 à 8% des électeurs seraient prêts à participer à cette primaire. Un élément supplémentaire à ses yeux de légitimation du scrutin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.