GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    François Hollande à Abou Dhabi, le premier jour de la fin de son mandat

    media Le président François Hollande à sa sortie de l'avion à Abou Dhabi, le 2 décembre 2016. WAM News Agency/Handout via REUTERS

    Quelques heures après avoir renoncé à briguer un second mandat à l’élection de 2017, François Hollande a atterri vendredi 2 décembre aux Emirats arabes unis pour une visite prévue de longue date, mais qui marque aussi la première étape d'une fin de règne.

    Avec notre envoyée spéciale à Abou Dhabi, Anissa El Jabri

    Comme toujours, François Hollande est imperturbable. Enfin presque. Il a esquissé un léger sourire à peine la porte de l’avion ouverte. Derrière lui se dessinent les silhouettes des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Jean-Yves Le Drian et Jean-Marc Ayrault, sans doute ses compagnons les plus fâchés contre lui. Avec eux, dans l’avion, pas d’épanchement. François Hollande a travaillé, raconte une conseillère : Irak, Syrie. La même décrit un François Hollande « préoccupé et pleinement chef d'Etat ».

    A (RE)LIRE → François Hollande, un bilan revendiqué mais discuté

    Le travail continue malgré l’émotion et la tristesse. C’est douloureux, dit-on dans la délégation clairsemée de l’Elysée. Il y règne d’ailleurs une atmosphère étrange. Le contrecoup est encore fort. On évoque un acharnement contre le président. « C’est allé trop loin », dit-on dans son entourage, encore en apesanteur.

    Une liberté retrouvée ?

    Et en même temps pointe déjà une forme de soulagement. Les derniers déplacements à l'étranger du président étaient « compliqués », dit un proche : la COP22 à Marrakech pendant laquelle il y a eu la candidature d’Emmanuel Macron, le Sommet de la Francophonie le week-end dernier encore perturbé par des déclarations à Paris. Le président à chaque fois était tendu.

    Aujourd’hui, dit-on, terminées les questions et on veut croire que François Hollande est désormais libre. Libre de préparer ses quatre interventions de ce samedi. Le patrimoine menacé par le terrorisme, une des grandes préoccupations de son quinquennat depuis sa visite au Mali en 2013 et le lancement de la reconstruction des mausolées de Tombouctou détruits par des jihadistes.

    Le tapis rouge, quelques échanges protocolaires… Les habitudes sont bien ancrées. Abou Dhabi, ses deux fois cinq voies, ses très hauts immeubles futuristes plantés en plein désert, pavoisés en rouge, vert, noir et blanc. C’est la fête nationale dans le pays. François Hollande a assisté à une longue cérémonie pyrotechnique pour les 45 ans du pays sous un vaste hangar au milieu des sables. La presse n’était pas conviée. Les rares conseillers techniques qui ont fait le déplacement non plus. Il a fallu les images de la télévision nationale pour apercevoir à nouveau le visage marqué du président, la tension et la fatigue.

    A (RE)LIRE → François Hollande: «J'ai décidé de ne pas être candidat»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.