GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Gouvernement ouvert et état d'urgence, le difficile compromis

    media François Hollande lors de l'ouverture du 4e sommet du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), à Paris le mercredi 7 décembre. REUTERS/Jacky Naegelen

    Le 4e sommet du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) s’est ouvert mercredi 7 décembre à Paris. Lancée par Barack Obama en 2011, l’initiative vise à partager les données et la gouvernance avec la société civile. Ce sommet s’ouvre en plein état d’urgence en France, et donc dans la polémique. Certaines associations jugent certaines mesures mises en place depuis deux ans « liberticides ».

    Pour ce 4e sommet du Partenariat pour un gouvernement ouvert, la Garde républicaine est mobilisée à l’arrivée et au départ des chefs de gouvernement, et un imposant dispositif de filtrage a été mis en place. La France est en état d’urgence et ça se voit.

    Un peu trop peut-être, estiment certaines associations de défense des libertés qui ont décidé de boycotter l’évènement. Pourtant, pour Jean-Vincent Placé, le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat, gouvernement ouvert et état d’urgence sont bel et bien compatibles : « L'état d’urgence, c’est l’Etat de droit. Pour preuve ce que nous avons fait sur la Haute autorité de la transparence de la vie politique », qui permet aux citoyens français de connaître le patrimoine de ses élus.

    « Insuffisant », rétorque Lancelot Pecquet, de l’association République citoyenne, pour qui l’instauration d’une surveillance généralisée et du fichage du citoyen va à l’encontre des valeurs de la démocratie partagée. « C’est surtout une vision de la démocratie qui est fondée sur l’ouverture, la transparence, l’anticorruption, explique-t-il. Pour nous aujourd’hui, la France est dans une démarche qu'on qualifie "d’open washing", c’est-à-dire qu’il y a un trop grand écart entre les paroles et les actes. »

    Un décalage qu’espèrent combler les participants de ce 4e sommet des gouvernements ouverts. « Avec la montée des populismes, disait François Hollande en ouverture du sommet, il y a urgence à renouveler nos démocraties. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.