GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Arbitrage Tapie: Christine Lagarde conteste l'accusation de «négligence»

    media La directrice générale du FMI, Christine Lagarde et l'homme d'affaires Bernard Tapie (photos d'archives). AFP PHOTO GEORGES GOBET JACQUES DEMARTHON

    La patronne du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde saura, ce lundi 19 décembre à 15h00, si la Cour de justice de la République la déclare ou non coupable de « négligence » dans le scandale de l'arbitrage Tapie. Prenant pour la dernière fois la parole, l'ancienne ministre de l'Économie, émue, a contesté cette accusation.

    Christine Lagarde parle avec des trémolos dans la voix, et ravale même un sanglot, elle évoque ces cinq jours d'audience qui mettent fin à cinq années d'épreuves pour son compagnon, ses fils, ses frères qui sont là dans la salle.

    Rapidement, l'ancienne ministre des Finances, retrouve un ton plus assuré : « Dans ce dossier Tapie, comme dans tous les dossiers, dit-elle, j'ai agi en confiance et en conscience avec pour seul objectif la défense de l'intérêt général. »

    « J'assume mes décisions »

    Puis, avec beaucoup plus d'assurance, Christine Lagarde, conteste à nouveau toutes les accusations et le martèle : « J'ai décidé et j'assume mes décisions », elle assure également qu'à l'époque des faits elle n'a jamais eu d'avertissement d'aucune sorte de la part des fonctionnaires de Bercy sur de possibles malversations.

    Ce choix d'entrer en arbitrage puis de ne pas tenter un recours en annulation, a été pris, insiste-t-elle, en mesurant les avantages et les inconvénients. Et elle ajoute : « Le risque de fraude m'a totalement échappé. »

    Optimisme

    Lundi 19 décembre, elle sera fixé sur son sort, mais après une semaine difficile, où elle fut souvent bousculée par les témoins, Christine Lagarde a néanmoins des raisons d'être optimiste. Le parquet général a été très clair : elle n'a commis aucune faute pénale ; pour l'accusation, la relaxe s'impose.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.