GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Budget de la Défense: rare débat public entre le chef des armées et Hollande

    media Le président Hollande lors d'une cérémonie militaire aux Invalides, à Paris, le 29 novembre 2016. REUTERS/Philippe Wojazer

    « Pas de guerre sans effort de guerre. » L'affaire fait grand bruit en France. Le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, a demandé dans une tribune « une hausse progressive du budget de la Défense » pour atteindre les 2 % du PIB, contre 1,77 % actuellement. Le président de la République lui a opposé une fin de non-recevoir.

    « Avec la rupture des années 2015 et 2016, nous avons changé d'époque. C'est "la fin de l'insouciance". La paix, désormais, ne va plus de soi ; il faut la conquérir ; s'extraire du piège dont les deux mâchoires sont le déni et la désespérance. » Ces mots, rares, sont ceux du chef d'état-major des armées françaises, Pierre de Villiers, évoquant notamment la lutte contre le terrorisme menée par Paris.

    Dans une tribune publiée par le quotidien économique Les Echos, le général de Villiers fait par ailleurs le constat suivant : « Le retour des Etats puissances ne laisse plus place au doute. Aux portes de l'Europe, en Asie, au Proche et Moyen-Orient, de plus en plus d'Etats mettent en œuvre des stratégies qui reposent sur le rapport de force, voire le fait accompli ; tous réarment. »

    La France doit donc en faire autant à ses yeux, c'est-à-dire augmenter son budget militaire. « L'actualisation de la loi de programmation militaire 2014-2019 a marqué une première étape en mettant un terme inédit à la tendance baissière des 35 dernières années », observe-t-il, louant « le volontarisme du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian », artisan dit-il de « cette stabilisation, devenue indispensable ».

    Sauf que cela ne suffit pas à ses yeux. « Désormais, pour les armées, cet effort doit se traduire par une hausse progressive du budget de la Défense pour rejoindre la cible de 2 % du PIB, avant la fin du prochain quinquennat », plaide le chef d'état-major, qui précise qu'il s'agit là d'un « engagement international de la France et de ses partenaires de l'Otan », qui « ne pourra être ni allégé ni reporté ».

    Le président Hollande, avec à sa gauche le général Pierre De Villiers, chef d'état-major des armées françaises. Paris, le 14 juillet 2016. Stéphane DE SAKUTIN / POOL / AFP

    « Nous avons aujourd’hui les ressources nécessaires par rapport à nos objectifs »

    En clair, le général de Villiers appelle à voter une nouvelle loi de programmation militaire, et demande à l'équipe actuellement au pouvoir de préparer un budget 2018 permettant dès maintenant aux armées de remonter en puissance. François Hollande n'a pas tardé à répondre, depuis le perron de l'Elysée ce mercredi 21 décembre.

    « Le budget de la Défense a déjà été augmenté tout au long du quinquennat. La loi de programmation militaire a été révisée à la hausse. Aucune loi de programmation militaire sous la Ve République n’avait été révisée à la hausse. Toutes avaient été mises en cause et donc abaissées quant aux objectifs qui avaient été assignés », rappelle le président de la République.

    « C’est une responsabilité que j’ai prise avec les Premiers ministres successifs : faire que nos armées puissent être dotées des moyens indispensables pour assurer nos missions à l’extérieur - celles que j’ai moi-même décidées - ; pour assurer la protection des Français à l’intérieur, notamment l’opération Sentinelle ; et faire en sorte que nous puisons avoir une force de dissuasion qui soit crédible », plaide le chef de l'Etat.

    Et François Hollande de conclure en donnant sa position sur le sujet : « Nous avons aujourd’hui les ressources nécessaires par rapport à nos objectifs, mais il y aura encore dans les prochaines années à faire des efforts supplémentaires. » Comprendre que le président estime avoir rempli sa part de l'effort et renvoie le sujet à son successeur, qui arrivera en mai 2017.

    Pierre de Villiers, de manière très pédagogique, met en place les bases du débat qui devra être traité -les questions qui devront être traitées- lors de la rédaction, ou l’actualisation d’ailleurs, du nouveau Livre blanc.

    Frédéric Coste, Fondation pour la recherche stratégique (FRS) 22/12/2016 - par Olivier Fourt Écouter

    « Il y a un vrai rappel des obligations du politique dans cette tribune »

    Pour Frédéric Coste, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), le chef d'état-major, dont la prise de parole est très inhabituelle, a d'ailleurs bien choisi son moment pour s'exprimer, puisqu'en ce faisant il impulse précisément pour que les enjeux de défense fassent pleinement partie du débat en vue du prochain scrutin présidentiel.

    La tribune « sort entre les primaires de la droite et les primaires de la gauche, donc il y a très, très clairement un objectif qui est celui, sans doute, d’interpeller les politiques quel que soit leur bord. Et d’ailleurs, le chef d’état-major rappelle l’impératif de responsabilité du personnel politique. Donc, il y a un vrai rappel des obligations du politique dans cette tribune », estime-t-il.

    « Le tempo est extrêmement bien choisi. La période de réserve va s’ouvrir bientôt, elle va obliger le chef d’état-major des armées à être beaucoup plus discret. Et il s’agit de prendre date pour lui avec les différents candidats à la présidentielle », confirme Cyrille Bret, maître de conférence à Sciences Po.

    « On peut penser qu’au vu du débat qui s’engage, de la prégnance des menaces internationales, les différents candidats vont être obligés de tenir compte de ce double impératif, exercer les prérogatives régaliennes à l’intérieur et à l’extérieur du pays et maintenir une maîtrise des finances publiques », anticipe déjà le chercheur. Ne reste plus qu'à vérifier si lesdits candidats saisiront la balle au bond, au dépit de ce que le général de Villiers appelle « la complexité de l'équation budgétaire étatique prévisionnelle ».

    Les forces armées sont prises aujourd’hui dans une spirale de sous-équipement qui pose problème. Définir des priorités, allouer les ressources, ce sera précisément la responsabilité -et c’est la vocation- des responsables politiques

    Cyrille Bret, maître de conférences à Science Po 21/12/2016 - par Olivier Fourt Écouter

    France: dans la classe politique, le budget de la défense fait débat 22/12/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.