GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Pas assez de sport et trop d'écran pour les adolescents français, selon l'OMS

    media Selon une enquête réalisée tous les quatre ans sous l'égide de l'Organisation mondiale de la santé, les adolescents français passent huit heures par jour devant un écran. AFP PHOTO/JONATHAN NACKSTRAND

    Une enquête effectuée tous les quatre ans sous l'égide de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans 41 pays pointe entre autres le temps passé devant des écrans, le peu de pratique sportive ou encore le stress à l'école chez les adolescents français.

    L'étude concerne la santé des jeunes collégiens, âgés de 11 à 15 ans, et a été réalisée essentiellement dans des pays européens. Au total, plus de 200 000 jeunes se sont confiés sur leur santé physique, mentale, leur rapport à la famille, ou encore à leur sexualité. Le volet français de l'enquête donne la parole à 7 000 collégiens.

    Dans l'ensemble, les jeunes Français se portent plutôt bien. 82 % des collégiens ont une perception positive de leur niveau de vie. C'est légèrement au-dessous de la moyenne européenne.

    Mais à y regarder de plus près, certains chiffres donnent le vertige. Seuls 13% des adolescents pratiquent une heure de sport par jour. Ils passent en revanche en moyenne huit heures devant un écran.

    L'école motive peu

    Les Français ne sont pas les cancres de l'Europe, mais ils traînent les pieds pour aller en classe. Entre le début et la fin du collège, le nombre d'élèves à « aimer beaucoup l'école » passe de 50 % à 20 %, loin derrière les Albanais et les Arméniens qui occupent la tête du classement.

    Sur les bancs de l'école, les garçons et les filles ne sont pas égaux. Près de 60 % des filles en classe de 3e se plaignent de maux de ventre au moins une fois par semaine et se disent stressées.

    Dans le volet sur la sexualité, même si la pornographie s'est banalisée, les rapports sexuels sont de moins en moins précoces, selon l'étude. Seuls 9 % des élèves de 4e ont déjà eu un rapport, un chiffre qui double au passage en 3e.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.