GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    François Hollande accorde une grâce totale à Jacqueline Sauvage

    media Après une grâce partielle, François Hollande a finalement accordé une grâce totale à Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari qui la battait. REUTERS/Benoit Tessier

    Elle n'y croyait sans doute plus, mais Jacqueline Sauvage est sortie de prison. Elle avait été condamnée à 10 ans de réclusion pour avoir tué son mari qui la battait. Le président français François Hollande déjà avait fait un premier geste en la graciant partiellement, ce qui lui permettait de demander une libération conditionnelle mais cette dernière lui a été refusée par deux fois. Le chef de l'Etat a donc décidé de la gracier totalement.

    La décision de François Hollande de gracier Jacqueline Sauvage met immédiatement fin à sa détention. « La place de Jacqueline Sauvage est auprès des siens, pas en prison », affirme un communiqué envoyé par l'Elysée.

    Condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari violent, elle devait en sortir en juillet 2018 car François Hollande lui avait déjà octroyé une grâce. Elle n'était cependant que partielle, ce qui devait permettre à Jacqueline Sauvage de faire une demande de libération conditionnelle.

    Libération conditionnelle refusée

    La justice avait pourtant refusé par deux fois de la lui accorder. Le chef de l'Etat a donc décidé de la gracier une deuxième fois, sur ce qu'il lui restait de peine à purger. Jacqueline Sauvage est donc désormais libre. Une nouvelle qui réjouit ses très nombreux soutiens en France, au premier rang desquels son avocate qui se dit « terrassée par la joie et l'émotion ».

    Avec cette affaire, Jacqueline Sauvage était devenue un symbole des violences faites aux femmes. Sa condamnation et surtout le refus de lui accorder une libération conditionnelle avaient choqué en France. De très nombreuses personnes, notamment des personnalités médiatiques, avaient pris fait et cause pour elle comme la comédienne Eva Darlan, qui avait exhorté François Hollande à gracier totalement Jacqueline Sauvage. Elle aura donc finalement été entendue.

    Elle [la grâce] arrive tard (...) Mais elle arrive, c'est l'essentiel. C'est aussi un signal pour toutes ces femmes victimes de violences conjugales.
    Valérie Boyer membre comité de soutien à Jacqueline Sauvage 29/12/2016 - par Julien Chavanne Écouter


    La grâce présidentielle utilisée avec parcimonie sous la Ve République

    Prévue par la Constitution, la grâce présidentielle est une prérogative qui donne le droit au président de dispenser un détenu d'une peine. Elle est utilisée avec parcimonie sous la Ve République.

    « Grâce », « présidentielle », pour les rigoristes de la stricte séparation des pouvoirs, c'est déjà un oxymore, héritage direct de la monarchie quand le roi avait pouvoir de justice.

    Sa portée est d'autant plus symbolique avant 1981 et l'abolition de la peine de mort. Ainsi, François Mitterrand sera le dernier président à accorder la grâce à un condamné à la sentence capitale. Philippe Maurice, âgé de 23 ans devait être exécuté pour le meurtre de deux policiers. Sa peine sera transformée en réclusion à perpétuité.

    Quinze ans plus tard, Jacques Chirac l'accordera à Omar Raddad, ce jardinier accusé du meurtre de Ghislaine Marchal sera libéré en 1998. Il a toujours nié les faits.

    Mais il y a aussi des grâces plus polémiques, comme celle accordée par le président Pompidou à Paul Touvier, patron de la milice lyonnaise sous l'Occupation en 1971. « La grâce ne constitue pas une absolution de la faute ni ne diminue le respect que l'on doit aux victimes », justifie-t-il.

    Accusé à nouveau de crime contre l'humanité en 94, Paul Touvier mourra en prison. Jacqueline Sauvage gardera sa condamnation inscrite dans son casier judiciaire. Même graciée par le président de la République, lui qui dix ans plus tôt, alors secrétaire du Parti socialiste, proposait de supprimer cette prérogative.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.