GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Grippe aviaire: experts et éleveurs du Sud-Ouest mesurent l’ampleur de l’épidémie

    media Près de 400 000 canards ont été abattus depuis le 6 janvier. REUTERS/Regis Duvignau

    La liste des communes concernées par la nouvelle souche de grippe aviaire dite « H5N8 » s’allonge dans le sud-ouest de la France. Une région réputée pour sa production de foie gras de canard et d’oie. Depuis le début du mois, plusieurs centaines de milliers d’oiseaux d’élevage ont été abattus parce qu’ils étaient infectés, ou par précaution. Des mesures qui soulèvent l’inquiétude des éleveurs, venus assister hier, mercredi 11 janvier, à une réunion d’informations sur le sujet.

    Devant un public d’agriculteurs résignés, voire pour certains en colère, les experts ont montré la nouvelle carte de l’épizootie. De nombreux petits points, ceux des élevages infectés, se concentrent dans le Gers. Mais le mal semble s’étendre.

    « On est face à une situation très évolutive dans les zones qui sont déjà infectées, explique Jean-Luc Guérin de l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT) et on essaie de maitriser notamment la progression du front vers l’ouest, c’est-à-dire vers les Landes. On est obligés d’admettre aujourd’hui une certaine incertitude, oui. »

    Près de 400 000 canards ont été abattus depuis le 6 janvier. Eliminer des élevages sains à l’ouest pour limiter l’expansion du virus, tout en abattant les canards infectés, c’est la stratégie des autorités.

    La suite, selon François Landais, vétérinaire de terrain : « La phase d’après, c’est remettre en place dans un contexte sécurisé, assaini, être sûrs de ces conditions avant de remettre les animaux en place [...] Ça va dépendre de l’évolution dans les jours qui viennent, des nouveaux foyers qui vont sortir ou pas, et aussi et surtout du résultat des prélèvements qui sont faits dans les abattoirs dans le cadre de ces abattages préventifs. »

    Sur ces bêtes, les analyses devraient compléter les données sur la façon dont s’est propagé le virus.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.