GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
Aujourd'hui
Mardi 30 Mai
Mercredi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: manifestation à Paris à l’appel de l’association Droit au logement

    media Selon le DAL, il y aurait 5 millions de mètres carrés disponibles dans les bâtiments publics, qui pourraient être mis à disposition des sans-abris. AFP/Joel Saget

    « Un toit, c’est la loi », c’est derrière ce slogan que les 200 manifestants rassemblés devant l'Hotel de ville de Paris ont défilé samedi 14 janvier à l’appel de l’association Droit au Logement. Alors qu’une nouvelle vague de froid est attendue la semaine prochaine sur la capitale, le DAL dénonce toujours l’inaction des pouvoirs publics concernant la réquisition des logements vacants.

    « Dans la rue, on meurt ». Un cri d'alerte pour les manifestants qui dénoncent une nouvelle fois la situation des 900 000 sans-abris recensés en France par la fondation Abbé Pierre. Parmi eux, Francesca. Avec son père et ses trois enfants, elle est à la rue depuis le mois d'octobre.

    « Quand on nous a expulsés, raconte-t-elle, les voisins, qui étaient bien gentils, nous ont hébergés. Ensuite, on a dormi à droite à gauche, un peu partout, avec les enfants, chez ceux qui voulaient bien nous héberger. On est devenus, après 15 ans dans un logement, des SDF, sans toit. Il fait froid, il y a des enfants, on ne sait pas où aller dormir. Pour l’Etat, je trouve que c’est la honte. »

    Pour l'association Droit au logement, l'urgence est de réquisitionner les bâtiments inoccupés. Et pour Jean Baptiste Eyrault, son porte-parole, l'Etat et les collectivités doivent montrer l'exemple : « On constate qu’il y a des locaux vacants. Il faut les rouvrir, mettre le chauffage, et installer les familles et les personnes qui sont en difficultés avec un minimum d’encadrement. On sort les gens du froid et de la vie dans la rue qui est une vie terrible car on meurt à l’âge moyen de 47 ans. C’est-à-dire que c’est une forme de condamnation à mort de ces gens dans la rue. »

    Selon le DAL, il y aurait 5 millions de mètres carrés disponibles dans les bâtiments publics, qui pourraient être mis à disposition des sans-abris.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.