GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    • Guerre commerciale États-Unis/Chine: Johnson «très inquiet», «ce n'est pas une manière de faire»
    • L'Union doit «laisser tomber» le filet de sécurité irlandais pour éviter un Brexit sans accord (Boris Johnson)
    France

    Présidentielle: Macron fait le plein sur les terres d’Aubry

    media Emmanuel Macron devant ses sympathisants à Lille, le 14 janvier 2017. REUTERS/Pascal Rossignol

    La salle du Zénith Arena de Lille était pleine pour le meeting d’Emmanuel Macron. Entre 4 000 et 5 000 personnes avaient fait le déplacement pour écouter le leader d’En Marche. Une vraie démonstration de force dans la ville de Martine Aubry au cours de laquelle Emmanuel Macron a encore une fois défendu son projet en insistant sur les mesures de justice sociale.

    Avec notre envoyée spéciale à Lille, Valérie Gas

    « Bonjour Lille ! » Chauffée à bloc, la salle s’enflamme tout de suite. « Je suis heureux aujourd’hui d’être dans nos Hauts-de-France parce que, moi aussi, comme vous le savez, je suis un enfant des Hauts-de-France, ce qu’on appelait naguère encore la Picardie. »

    Pas rancunier et très habile, Emmanuel Macron ne polémique pas avec Martine Aubry qui avait dit « ras-le-bol Macron », mais dans la salle on s’en souvient : « Moi, je dis ras-le-bol Martine Aubry. Je vais voter Macron. Moi, je veux du changement. » « Moi, je dirais ras-le-bol Martine. Je crois que c’est de la jalousie. »

    Travail et éducation

    A Lille, Emmanuel Macron parle travail et éducation, promet de diviser par deux le nombre d’élèves dans les classes de primaires des quartiers en difficulté. Il s’adresse à la gauche et désigne les adversaires, la droite et l’extrême droite.

    Et Emmanuel Macron finit en citant une phrase de Pierre Mauroy, l’autre figure de la gauche lilloise, Premier ministre sous François Mitterrand (1981-1984) et maire de Lille (1973-2001) : « A force de croire obstinément à ses rêves, on finit par imposer sa réalité. » Un espoir et un avertissement pour ses adversaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.