GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Policiers attaqués à Viry-Châtillon: onze nouvelles interpellations en France

    media Le véhicule incendié de la police à Viry-Châtillon, le 8 octobre 2016. Thomas SAMSON / AFP

    En octobre dernier, l’événement avait eu l’effet d’un électrochoc sur les forces de police, déclenchant une vague de manifestation des forces de sécurité. Une quinzaine d’agresseurs avaient incendié deux voitures de police occupées par quatre agents en mission de surveillance. C’était à Viry-Châtillon, en banlieue parisienne. Les quatre fonctionnaires de police avaient été blessés, dont deux grièvement. Trois mois après l’attaque, la justice française annonce l’interpellation de onze suspects.

    Ils sont âgés de 17 à 19 ans. Neuf d’entre eux ont été interpellés dans le quartier de la Grande Borne à Grigny, non loin du carrefour équipé d’une caméra de surveillance, lieu de l’agression ultra-violente des quatre policiers.

    Trois suspects sont connus de la justice et ce coup de filet n’est qu’une étape, a déclaré le procureur d’Evry. Mais à ses yeux, c’est une étape importante dans le long travail d’investigation engagé depuis trois mois.

    « Ces interpellations se sont passées sans incident. Parmi les onze personnes, nous avons donc neuf majeurs et deux mineurs. Mais parmi ces neuf majeurs, quatre étaient mineurs au moment des faits. On est dans une stratégie d’enquête, pas à pas. C’est une enquête compliquée, difficile », relate le procureur.

    Selon ce dernier, l'enquête est « rendue difficile d’une part parce qu’il s’agit d’une agression rapide, violente, avec des personnes qui agissent à visage dissimulé et dont l’identification reste difficile. Il est toujours difficile de transformer des soupçons en preuves formelles, de nature à permettre au tribunal d’entrer en voie de condamnation. »

    Le procureur d’Evry assure cependant que certains d’entre eux sont susceptibles d’avoir participé aux faits. Dans cette enquête, la durée des gardes à vue peut être portée à 96 heures.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.