GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Claude Guéant attend la décision dans l’affaire des primes en liquide

    media De 2002 à 2004 Claude Guéant, chaque mois, a empoché sans jamais les déclarer, plusieurs milliers d'euros. AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG

    L'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, attend lundi 23 janvier la décision de la cour d'appel de Paris dans l'affaire des primes en liquide du ministère de l'Intérieur. En première instance, l'ancien directeur de cabinet avait été condamné à deux ans prison avec sursis, 75 000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction de toute fonction publique. Devant la cour d'appel, l'avocat général a requis l'aggravation de cette peine, à 30 mois de prison avec sursis.

    Lors des deux procès, Claude Guéant a plaidé la coutume. La tradition à l'origine des primes en liquide au ministère de l'Intérieur: ces enveloppes prélevées chaque mois dans la caisse des frais d'enquête et destinées à arrondir les rémunérations des membres du cabinet, jugées trop étriquées. Une pratique ancestrale, avait-il expliqué.

    Pourtant, le « Cardinal » ou le « président bis », comme on l'a surnommé plus tard à l'Elysée, s'est très vite retrouvé dans l'impasse. Car ces pratiques ont été bannies au début des années 2000 par la loi sur la transparence de la vie publique. L'ancien directeur de la police nationale ne pouvait l'ignorer.

    Or de 2002 à 2004, Claude Guéant, chaque mois, a empoché sans jamais les déclarer plusieurs milliers d'euros. Alors le parquet national financier a tiré à boulets rouges sur le prévenu. Quand on sert l'Etat, l'argent est secondaire, sauf si l'état d'esprit n'est pas de servir mais de se servir, a sèchement déclaré la procureure Ulrika Weiss lors de ses réquisitions.

    Outre 100 000 euros d'amende et trente mois de prison avec sursis, Claude Guéant encourt aussi cinq ans d'interdiction des droits civils et civiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.