GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    A Beyrouth, Macron plaide pour une «morale de l'action» dans la crise syrienne

    media Emmanuel Macron lors d'un discours à l'Ecole supérieure des affaires de Beyrouth, le 23 janvier 2017. ANWAR AMRO / AFP

    Le candidat à la présidentielle française, Emmanuel Macron, fait campagne au Liban. Il a entamé ce lundi 23 janvier, une visite de trois jours au Proche-Orient, qui le conduira aussi en Jordanie. A Beyrouth, hier, dans une école de commerce francophone, il a défendu ses projets de révolution économique et sociale pour la France, devant un parterre d'étudiants, d'entrepreneurs libanais et d'expatriés.

    Avec notre correspondante à Beyrouth, Laure Stephan

    Emmanuel Macron, à la tête du mouvement « En marche », a fait salle comble hier soir à Beyrouth, et visiblement séduit en défendant ses ambitions pour la France.

    En marge de son discours, le candidat à la présidentielle n'a pas échappé aux questions sur le premier tour de la primaire à gauche : « La règle, quand on est à l’étranger, c’est qu’on ne commente pas la vie politique nationale française. Donc je me tiendrai à cette règle parce que je pense qu’elle est de bon aloi. »

    Mais c'est bien sûr, dans une ville située à une centaine de kilomètres de Damas, sur le conflit syrien que l'ancien ministre a été surtout interpellé. Emmanuel Macron plaide pour un rééquilibrage de la diplomatie française, sur une ligne pro-opposition depuis 2011 : « Assad est un dirigeant qui a failli, il n’y a pas de compromission à avoir. L’erreur qui a été faite, de droite et de gauche, a été à un moment de faire de la destitution de Bachar el-Assad un préalable à tout. Il faut une solution politique, inclusive, en Syrie qui doit être construite avec l’ensemble des parties prenantes. »

    Constuire la paix

    Prié par un journaliste de dire s'il considère Bachar el-Assad comme un criminel, Emmanuel Macron n'a pas répondu. Il dit revendiquer une « morale de l'action » plutôt qu'une « morale des bons sentiments » : « La France, elle n’est pas là pour décerner des bons points ou des mauvais points, à qui que ce soit. Elle est là pour construire la paix. C’est bien plus compliqué et ça suppose de ne pas faire des petites phrases. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.