GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Primaire à gauche: la campagne de Valls contre Hamon critiquée

    media Manuel Valls a appelé dimanche soir les électeurs à faire le choix au second tour entre «la défaite assurée» s'ils désignent Benoît Hamon et «la victoire possible» à la présidentielle. REUTERS/Charles Platiau

    Pour espérer refaire son retard au second tour de la primaire, qui se tiendra dimanche 29 janvier, Manuel Valls s'est lancé dans une campagne dure contre Benoît Hamon. Une campagne qui ne fait pas totalement l’unanimité dans son camp.

    « Maintenant, il faut faire le choix entre les valeurs républicaines et le communautarisme. » Le message sur les réseaux sociaux est de l’ex-chef de cabinet de Manuel Valls à Matignon, il sonne comme un résumé de la ligne dure de Manuel Valls dans cet entre-deux tours.

    Manuel Valls a tiré dimanche soir à boulets rouges sur son adversaire et son programme, dit-il, « qui ne peut que générer plus d’impôts et ruine du budget de l'Etat ».

    Cogner d’accord, dit-on dans son équipe, mais certains plaident pour davantage de propositions sociales, c’est comme ça, disent-ils, que les abstentionnistes du premier tour se déplaceront et puis tout miser sur l’autorité et le régalien, c’est aussi prendre un risque, dit-on  : braquer un peu plus une partie de l’électorat de gauche.

    La tactique Valls est contre-productive, s’amuse-t-on déjà autour de Benoît Hamon. C’est à lui qu’il fait du mal. Chez le candidat arrivé en tête on préfère s’afficher serein. On va continuer à faire oeuvre de pédagogie, disent ses amis. Serein, peut être pas tant que ça, Benoît Hamon ne fera pas de déplacements, uniquement quelques interviews avant le débat mercredi. Et puis près le ralliement de Martine Aubry, les proches du candidat croisent les doigts pour un autre renfort, celui de Christiane Taubira.

    → A (re) lire : Second tour de la primaire à gauche: le PS à la croisée des chemins

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.