GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Juillet
Mardi 18 Juillet
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaires Fillon: les deux enfants à leur tour dans le viseur des enquêteurs

    media François Fillon, le 31 janvier 2016. REUTERS/Christian Hartmann

    Le Sénat va transmettre au parquet financier national plusieurs documents qu'il lui a demandés concernant les emplois occupés par les enfants de François Fillon, Marie et Charles, quand ils étaient ses collaborateurs à la Haute Assemblée.

    Lors de son opération transparence au journal de 20 h de TF1 la semaine dernière, François Fillon, avait anticipé de nouvelles révélations. Il avait confessé, qu'outre sa femme, ses enfants deux enfants, « avocat de métier » avait-il précisé, avaient été rémunérés pour des missions ponctuelles et en raison de leurs compétences.

    Un aveu pas vraiment conforme à la réalité. Car, lorsque François Fillon occupait le siège de sénateur de la Sarthe de 2005 à 2007, ses enfants étaient encore étudiants en droit. Ils n'étaient donc pas avocats aux moments des faits.

    Et pas de missions ponctuelles, non plus. D'octobre 2005 à décembre 2006, la fille aînée des Fillon, au titre d’assistance parlementaire, aurait touché 57 084 euros brut, soit environ 3 800 euros brut par mois pendant quinze mois.

    ►A (RE)LIRE : Le «Penelopegate» rebat les cartes de la présidentielle

    Son fils Charles aurait, lui, perçu 26 651 euros brut de janvier à juin 2007, soit 4 846 euros brut par mois. Or, le « salaire moyen » d'un assistant parlementaire se situe entre 2 200 et 2 600 euros net, d'après les syndicats.

    Le Sénat va donc transmettre ce vendredi 3 février aux enquêteurs tous les documents en sa possession sans oublier d'ajouter la réglementation relative à l'emploi des collaborateurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.