GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Médicament contre le cancer: une enquête ouverte après la mort de cinq patientes

    media Censé lutter contre le cancer, le Docetaxel est distribué depuis dix ans sous sa version générique par les médecins. Getty Images / Mark Gibson

    Utilisé dans les traitements du cancer, le Docetaxel est surtout utilisé en générique. Ces copies du médicament issues des laboratoires Accord n'avaient jusqu'ici jamais provoqué d'accidents. Mais en moins d'un an, cinq patientes traitées au Docetaxel sont décédées. Une enquête a été ouverte.

    Comme à chaque fois en termes de médicament, avant de crier à l'erreur médicale ou au produit poison, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l'Institut du cancer prennent le temps d'interroger les médecins et de croiser toutes les informations. Ceci afin d'évaluer la balance bénéfices-risques.

    Depuis dix ans, les médecins donnent à leurs malades une version générique du Docetaxel, c'est-à-dire une copie à un prix moindre. Sur cette période, le médicament s'est toujours montré efficace.

    Effets secondaires inédits

    L'enquête a déjà montré qu'il n'y avait aucun défaut de fabrication, pas plus que d'erreur humaine de dosage. Le ministère de la Santé n'a pas pour le moment retiré le Docetaxel du marché.

    Ce médicament traite plusieurs cancers : celui du sein, du poumon, de la prostate, de la gorge et de la bouche. En dix ans, il n'y a apparemment jamais eu d'accidents mortels. Mais certains cancérologues parisiens le reconnaissent : ces derniers mois, on a constaté des effets secondaires jamais vus auparavant.

    Les cinq morts enregistrées entre l'été dernier et ce mois de février sur l'ensemble du territoire concernent des femmes entre 45 et 73 ans, atteintes du cancer du sein. Elles sont toutes décédées d'un même choc septique, d'une inflammation de l'intestin grêle ou du côlon. Le 28 mars prochain, l'ANSM rendra ses conclusions sur ces cinq décès.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.