GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Juin
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 25 Juin
Lundi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Présidentielle 2017: Macron parle de son programme sécuritaire

    media Emmanuel Macron devant ses sympathisants à Lille, le 14 janvier 2017. REUTERS/Pascal Rossignol

    Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle française, a évoqué vendredi 17 février son programme en matière de sécurité dans une interview au journal Le Figaro. Il a annoncé notamment le recrutement de 10 000 postes dans les forces de l’ordre.

    Tolérance zéro pour les délinquants et les violences policières, pas de dépénalisation du cannabis, création de 10 000 postes dans les forces de l’ordre : 7 500 policiers - 2 500 gendarmes, construction de 15 000 places de prison. Avec ces mesures, Emmanuel Macron veut afficher sa volonté de fermeté dans la gestion de l’une des questions qui préoccupent le plus les Français : la sécurité.

    Avant de se rendre dans le sud de la France - à Carpentras et Toulon - une région où le Front national séduit de nombreux électeurs, le candidat d’En marche prépare donc le terrain.

    Il se prononce aussi contre l’automaticité des aménagements de peine de moins de deux ans et justifie cette position par un souci d’efficacité. Une efficacité dans la lutte contre l’insécurité, qui passe aussi par une police de sécurité quotidienne, sa version de la police de proximité.

    Toutes ces propositions, Emmanuel Macron va maintenant les expliquer pendant deux jours sur le terrain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.