GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    • France: Carmat annonce une première implantation à l'étranger de son coeur artificiel
    France

    Présidentielle 2017: le vote des Franco-Chinois d'Ile-de-France

    media Fashion Center, Aubervilliers RFI/SL

    Quel poids pour la communauté asiatique d’Ile-de-France lors des prochaines élections présidentielle et législatives ? En 2015, sur 1,2 million d'électeurs inscrits sur les listes électorales à Paris, 6 600 étaient nés en Chine ou au Vietnam.

    Nés en Chine, Vietnam et Cambodge inscrits sur les listes électorales, Paris, 2014 Copie écran Blog Baptiste Coulmont

    « Dans les quartiers où les populations d’origines asiatiques sont les plus concentrées comme à la porte de Choisy, cela représente entre 4 % et 6 % de l’électorat, ce qui n’est pas rien, explique Hélène Le Bail, chargée de recherches au CNRS/CERI, spécialiste des politiques migratoires et mobilités en Asie. A Belleville, dans l’est parisien, la communauté constitue encore 1 % à 2 % des électeurs, ce qui n’est pas négligeable. »

    Se pose aussi la question de la deuxième génération de Franco-Chinois, davantage insérée et qui n’hésite plus à se faire entendre comme en 2010 dans le quartier de Belleville, ou encore lors de la grande manifestation qui a suivi la mort d’un commerçant chinois à Aubervilliers, aux portes de Paris, à la fin de l’été 2016.

    « Ils sont nés en France, ils ont été scolarisés ici, ils pensent comme des Français, souligne Tamara Lui, présidente de l’association Chinois de France - Français de Chine (CFFC). Ils sont donc davantage politisés et n’hésitent pas à faire part de leurs revendications. »

    Des jeunes qui manifestent pour réclamer une plus grande présence policière et plus de sécurité, la chose est suffisamment rare en Europe pour que cela fasse la Une des médias. Cela signifie-t-il pour autant que la sécurité est la seule revendication de la communauté des Français d’origine chinoise d’Ile-de-France ?

    « On savait que la sécurité était un thème particulièrement apprécié de la droite, mais on ne voulait pas en faire un sujet politique, confiait Rui Wang, lors de la conférence organisée par nos confères d’Asialyst le 28 janvier dernier. Pour le porte-parole de l’Association des jeunes Chinois de France (AJCF), « la politique politicienne n’a plus lieu d’être dans une situation où une communauté devient cible de violences répétées. La sécurité, c’est le minimum du contrat social. »

    « La sécurité, tout le monde la revendique, ce n’est pas propre à une communauté, insiste pour sa part Didier Soulivanh, entrepreneur dans l’export à destination de la Chine. Tous les candidats doivent garantir la sécurité à tous. Mais je pense que les thèmes de l’éducation et de la lutte contre l’analphabétisme doivent notamment être mis en avant. »

    CARTE D'ELECTEURS Vote communautaire des Franco-chinois d'Ile de France 13/03/2017 Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.