GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'ONU examine une résolution rejetant la décision de Trump sur Jérusalem
    • Foot: le Real Madrid remporte la Coupe du monde des clubs en battant les Brésiliens du Grêmio en finale (1-0, but de Cristiano Ronaldo)
    • Foot: le PSG s'impose à Rennes (1-4) grâce à Cavani, Mbappé et un doublé de Neymar (18e journée de L1). Paris conforte sa place de leader
    • Autriche: l'Intérieur, la Défense et la diplomatie à l'extrême droite (Strache)
    France

    Grève générale en Guyane: une délégation ministérielle attendue

    media Des manifestants guyanais devant le rectorat à Cayenne, le 27 mars 2017. jody amiet / AFP

    Alors que le département est bloqué depuis le lancement d'une grève générale ce lundi 27 mars à l'appel de 37 syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a promis qu'une délégation ministérielle se rendrait sur place d'ici la fin de la semaine. La forte mobilisation à Cayenne a donc poussé Paris à réagir d'autant que le gouvernement craint, selon les propos du Premier ministre, une exploitation de la crise sociale guyanaise à des fins électoralistes.

    « La Guyane est un territoire de la République française, a affirmé le Premier ministre ce lundi depuis Matignon. Et dans la République chaque citoyen doit pouvoir bénéficier du soutien et de la solidarité de l’Etat ».

    Bernard Cazeneuve: «je veux apporter en Guyane des réponses concrètes et des réponses rapides» 27/03/2017 - par RFI Écouter

    « Je veux apporter en Guyane des réponses concrètes et des réponses rapides. Aucun des assauts de démagogie que la période électorale semble favoriser, qui me consternent, ne détournera le gouvernement de sa volonté d’aboutir à des solutions concrètes pour les Guyanaises et pour les Guyanais. Ces solutions sont aujourd’hui à portée de main. Elles supposent de la responsabilité, de la méthode et un dialogue qui s’intensifie dans les prochains jours, dialogue et responsabilité auxquels j’appelle l’ensemble des acteurs de la Guyane ».

    Le Premier ministre s'est engagé à signer un « pacte d'avenir » avec les élus du territoire, dans les meilleurs délais. De Singapour, où il est en visite, le président Hollande a aussi évoqué la crise en Guyane, pointant notamment le besoin de sécurité des habitants. « Le sujet d'urgence, c'est la sécurité en Guyane, c'est le premier sujet, compte tenu de la violence qui s'est hélas propagée », a insisté le chef de l'Etat.

    Forte mobilisation sur le territoire

    La mobilisation est forte sur place en Guyane alors que la grève générale a débuté ce lundi matin. Population, syndicats et une bonne partie des élus locaux font cause commune, ce qui peut avoir poussé Paris à réagir.

    « On est prêts, nous, à rester à la maison. Tant pis pour les salaires, tant pis pour tout. Il est temps qu’on prenne en compte nos besoins, notre réalité du terrain ! », témoignait un habitant ce lundi matin au micro de nos confrères d'Outre-mer 1ère.

    « Même si les étalages sont vides, même si les pompes à essence se vident, ça n’altèrera en aucun point mon soutien au mouvement. J’ai effectivement perdu mon cousin qui a été tué à son domicile et mon grand-père également, tué à son domicile par des cambrioleurs », raconte une femme.

    Même si les revendications portent sur la santé, l’éducation, l’immigration, l’économie ou le chômage, c’est l’insécurité qui est dans tous les esprits. Ces deux dernières années, la violence a atteint des niveaux insupportables en Guyane. Il y a eu 48 meurtres en 2016, soit un de plus qu’à Marseille, pour un territoire d’à peine 250 000 habitants. Une tension qui explique le succès rencontré par le collectif « 500 frères contre la délinquance » qui s’est créé il y a deux mois.

    Vingt-cinq gendarmes et 23 policiers ont été annoncés dimanche en renfort par Jean-François Cordet, ancien préfet de Guyane, qui pilote la délégation interministérielle envoyée par Paris.

    Suivez en direct les dernières informations sur place avec nos confrères d'Outre-mer 1ère en cliquant sur ce lien.

    REPORTAGE
    Il y a vraiment une inégalité à l'école, parce qu'il y en a qui n'ont pas les moyens de payer. Donc la gratuité de l'école est l'une de nos priorités. Par exemple on paye 150 euros pour acheter les manuels qu'on nous demande d'acheter. C'est trop cher, il y en a qui viennent sans manger parce qu'ils ne peuvent pas payer la cantine ou aller dans un libre service pour s'acheter à manger.
    Manifestation au rectorat de Guyane 27/03/2017 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.