GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Guyane: après la mobilisation, place au dialogue

    media Le collectif des «500 frères contre la délinquance» sera à la table des négociations. Ici, à Cayenne, le 29 mars 2017. jody amiet / AFP

    Les ministres français de l'Intérieur, Matthias Fekl, et des Outre-mer, Ericka Bareigts, ont entamé les discussions avec les leaders de la mobilisation en Guyane, ce jeudi 30 mars. Face à ce mouvement de grogne et de revendications multiples, les deux responsables du gouvernement veulent afficher un esprit de « compréhension ». Certains collectifs ont déjà prévenu qu'ils pourraient durcir le mouvement si ce dialogue ne donne pas satisfaction.

    Avec notre envoyé spécial à Cayenne, Pierre Olivier

    Les ministres français de l'Intérieur, Matthias Fekl, et des Outre-mer, Ericka Bareigts ont entamé le dialogue avec le Collectif, le nom donné aux responsables des barrages routiers qui morcèlent les routes du département depuis dix jours. Ce sont eux qui envoient les ordres aux différents regroupements citoyens qui tiennent ces barrages.

    Ces responsables ont prévenu, s’ils n’ont pas le sentiment d’être écoutés, la situation pourrait évoluer très rapidement. Concrètement, cela voudrait dire que même les véhicules prioritaires comme les camions-citernes ou de marchandises pourraient ne plus franchir ces barrages. Ils pourraient aussi rester fermés toute la nuit provoquant des risques de pénurie.

    Tout dépendra donc de la première réunion, qui a lieu ce jeudi, mais les Guyanais avant même les premiers échos sur le déroulement de ces rencontres sont quelque peu agacés. D’abord, ils estiment que les ministres ne restent pas assez longtemps, 48 heures seulement. De plus, ils doutent de la véracité de certains propos tenus par les ministres à leur arrivée mercredi soir à Cayenne. La délégation dit avoir échangé avant leur déplacement avec plusieurs élus et collectifs citoyens. Problème, selon le journal local France-Guyane, personne ne reconnaît avoir été contacté.

    Enfin pour beaucoup, l’importance n’est pas la visite, mais les annonces qui suivront. Le département reste donc toujours très mobilisé et dans la plus totale incertitude.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.