GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Grippe aviaire: six semaines de vide sanitaire dans le Sud-Ouest de la France

    media Un élevage de canards dans le sud-ouest de la France. IROZ GAIZKA / AFP

    Pour mettre un terme à l'épidémie de grippe aviaire dans le sud-ouest, le gouvernement a décidé d'imposer un vide sanitaire dans les élevages de palmipèdes de 1 134 communes, du 17 avril au 28 mai. Un arrêté ministériel publié ce dimanche 2 avril impose aux éleveurs de fermer totalement pendant un peu plus d'un mois.

    Plus une seule oie, plus un seul canard, les élevages de 1 134 communes du sud-ouest de la France vont devoir faire le vide, à partir du 17 avril. « La mise en place de palmipèdes » y sera interdite. Les bâtiments devront rester vides de tout animal jusqu'au 28 mai pour être « nettoyés et désinfectés ». La zone concernée s'étend sur cinq départements: Haute-Garonne (37 communes), Gers (277 communes), Landes (267 communes), Pyrénées-Atlantiques (320 communes) et Hautes-Pyrénées (233 communes). Ce territoire englobe les 709 communes visées depuis janvier par l'abattage préventif des oies et canards.

    Cette mesure draconienne a été prise pour tenter d'enrayer l'épizootie de grippe aviaire apparue fin novembre. Depuis, 4 millions de bêtes ont été abattues. La filière aurait déjà perdu 750 000 millions d'euros depuis début 2016. Le gouvernement s'était engagé à verser des aides publiques dès le mois de mars. La reprise de l'élevage, elle, ne pourra intervenir qu'à partir du 29 mai prochain, mais « dans des conditions strictes de dépistage des animaux et le respect effectif des mesures de biosécurité », précise l'arrêté du ministère de l'Agriculture.

    Pendant un an, des tests seront pratiqués sur les animaux à différentes étapes de leur vie. Les véhicules servant à les transporter devront être nettoyés systématiquement et les producteurs devront « s'engager sur l'honneur à respecter toutes les mesures d'hygiène et de sécurité ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.