GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Guyane: reprise des discussions pour tenter de sortir de la crise

    media Davy Rimane, secrétaire général de l'UTG Energie, s'adresse aux manifestants après les négociations devant la préfecture de Cayenne, le 2 avril 2017. jody amiet / AFP

    Après une dizaine d’heures de négociations, qui se sont arrêtées dans la nuit de samedi à dimanche, aucun accord n'a encore été signé en Guyane. Les points de discorde restaient nombreux avant la reprise des discussions ce dimanche après-midi (16h, heure française) et le collectif portant la mobilisation sociale attend beaucoup plus du gouvernement. Il réclame entre autres un « nouveau statut » pour la Guyane, après l'annonce d'environ un milliard d'euros d'engagements faite par les ministres Matthias Fekl et Ericka Bareigts samedi 1er avril.

    Avec notre envoyé spécial à Cayenne, Pierre Olivier

    Il est 3h30 du matin, dans la nuit de samedi à dimanche, quand les membres des collectifs sortent de la préfecture de Cayenne. Les visages sont graves : « Nous sommes encore loin du compte. Mais vraiment loin du compte ».

    José Mariéma, du collectif des Toukans, estime que les mesures proposées ne répondent aucunement aux besoins. « Nous demandons [des compensations pour] presque cinquante années de retard, cinquante années de délaissement, s’insurge-t-il. On nous parle de cinq ans, des projets sur cinq ans. Ce n’est pas ce qu’on a demandé. Ils sont hors-jeu ! Ils ne sont pas connectés, ils n’ont vraiment rien compris quoi ! »

    Economie, santé, énergie, éducation, autant de domaines restés cette nuit sans réponse.

    D’après les collectifs, la ministre des Outre-mer Erika Bareigts aurait posé un ultimatum : signer un accord ce dimanche ou arrêter les négociations.

    Davy Rimane, de l’UTG Energie, est en colère : « On ne va pas faire des choses à la petite semaine [à la va-vite] pour faire plaisir à des personnes qui sont là de passage pendant 48 heures ou 36 heures. Quoi qu’il en soit, on va attendre 11 heures, et à partir de là, s’ils sont là on verra, s’ils ne sont pas là on verra de la même manière. Nous pourrons prendre une posture aussi plus ferme, plus dure, plus rigide ».

    Il n’y a pas de certitude que la ministre des Outre-Mer sera présente à 11 heures (16h heures à Paris) pour la reprise des négociations, Matthias Fekl, ministre de l'Intérieur ayant lui regagné Paris samedi soir. En cas d’absence, les collectifs promettent un réel durcissement du mouvement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.