GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: Mike Pompeo confirmé comme secrétaire d'Etat par le Sénat
    • Des soldats français envoyés en renfort en Syrie depuis deux semaines (Mattis)
    • Le président américain Trump en visite au Royaume-Uni le 13 juillet (ambassadeur)
    • Gaza: Nikki Haley accuse le Hamas d'utiliser des enfants «comme boucliers humains»
    • Etats-Unis : les exemptions acier/aluminium prolongées s'il y a des concessions européennes (conseiller de Trump)
    • Commerce international: la BCE s'inquiète d'une aggravation des «menaces protectionnistes»
    France

    France: fermeture d'une mosquée à Sète pour incitation à la haine

    media La préfecture de l'Hérault a décidé de fermer une mosquée de Sète, suite à la découverte de tracts contenant des appels à la haine lors d'une perquisition. REUTERS/Charles Platiau

    Dans le sud de la France, une mosquée située à Sète a été fermée pour incitation à la haine. La décision a été prise par la préfecture de l'Hérault, dans le cadre de l'état d'urgence et vaut jusqu'à nouvel ordre. Le lieu de culte avait été visé par une perquisition la semaine dernière.

    Selon les services de l'Etat, le responsable de cette mosquée de Sète prônait une idéologie radicale. Avec une tendance à rejeter la laïcité, la démocratie et à lancer des appels à la discrimination et à la haine. Un message « contraire aux valeurs de la République » a indiqué ce matin le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

    Au cours d'une perquisition jeudi dernier, les enquêteurs avaient découvert des tracts contenant des appels à la haine. Mais les soupçons vont plus loin car, selon Matthias Fekl, le ministre de l'Intérieur, la mosquée était aussi un lieu de rencontre pour des fidèles radicalisés, des proches d'individus prônant le jihad armé en France et cherchant à rejoindre l'Irak ou la Syrie.

    Certains d'entre eux ont d'ailleurs été mis en examen récemment pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Des soupçons jugés suffisamment graves pour que le préfet de l'Hérault décide de la fermeture du lieu de culte. Une décision administrative, sans l'accord d'un juge. La mesure est autorisée en période d'état d'urgence.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.