GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Jordanie veut reprendre des territoires «prêtés» à Israël en vertu de l'accord de paix de 1994
    • «Caravane de migrants»: des milliers de Honduriens ont repris leur marche vers les Etats-Unis depuis le Mexique (AFP)
    • La Cour suprême des Maldives confirme la défaite électorale du président Abdulla Yameen
    • Mort de Jamal Khashoggi: les explications de l'Arabie Saoudite ne sont «pas crédibles», selon Londres
    • Bébés nés sans bras de l'Ain: le gouvernement français lance une nouvelle enquête (Buzyn)
    • RDC: au moins 12 morts après une nouvelle attaque à Béni
    • Le retrait américain du traité nucléaire avec la Russie est un «pas dangereux» (Moscou)
    • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
    France

    France: la contestation sociale se durcit en Guyane

    media Routes bloquées par des poids lourds, barrages en tous genres, la Guyane vit au ralenti depuis le début des mouvements sociaux il y a deux semaines. Jody AMIET/AFP

    Le collectif guyanais qui pilote le mouvement social depuis bientôt deux semaines durcit le ton face à Paris. A partir de ce lundi matin, les véhicules ne pourront plus passer les barrages érigés dans les villes à l'exception des engins d'urgence.

    Avec notre envoyé spécial à Cayenne, Pierre Olivier

    Dès ce lundi matin, plus aucun véhicule ne pourra passer les barrages routiers, assure le collectif. Lors du grand rassemblement de dimanche soir, les responsables n’ont pas souhaité plus de détails sur ce durcissement, et cela pour jouer sur l’effet de surprise, ont-ils précisé.

    Olivier Goudet, porte-parole des « 500 frères », prévient que pour se faire entendre par Paris, le collectif va « passer à une vitesse supérieure ». « L’Etat ne respecte pas ses engagements, l’Etat ne respecte pas les Guyanais, a-t-il martelé dimanche soir. Donc il nous faut être mobilisés afin de faire prendre conscience au plus grand nombre et à mettre l’Etat face à ses responsabilités ».

    Concrètement, ce durcissement pourrait se traduire par une fermeture totale des barrages, car depuis plusieurs jours, à certaines heures les barrages étaient ouverts pour permettre à la population de circuler. Des plages d’ouverture qui pourraient donc être donc tout simplement supprimées.

    Enfin les marchandises ne passeront plus également. Les pénuries de viande et de produits frais, qui touchent de plus en plus la population des villes, devraient donc s’accentuer.

    Mais si tous les véhicules, à l'exception des engins d'urgence, seront bien empêchés de franchir les barrages érigés dans les villes, « on ne peut pas aujourd'hui faire des blocages pour empêcher les piétons, les vélos et les scooters de passer », a reconnu Olivier Goudet. Pour l’instant, une majorité de la population dit toujours soutenir le mouvement.

    Certains veulent la levée des barrages

    Pour autant, l'annonce initiale d'un blocage total a provoqué la mobilisation des opposants à la poursuite du mouvement. « Il n'est pas tolérable de se voir refuser le droit de circuler librement sur le territoire. (...) Une partie de la Guyane a peur de s'exprimer », affirment les signataires d'une pétition en ligne qui a recueilli plus de 1800 paraphes. Plus de 2 000 internautes faisaient partie dimanche d'un groupe Facebook intitulé « Stop aux barrages en Guyane ».

    La ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a demandé dimanche au collectif de « lever les derniers barrages ». « Les enfants doivent pouvoir retourner à l'école dans un environnement apaisé. (...) L'économie guyanaise ne peut être ainsi fragilisée plus longtemps », a-t-elle déclaré lors d'une déclaration depuis Paris retransmise sur Guyane première.

    Autre critique, celle de la Fédération du bâtiment et des travaux publics en Guyane, qui s'est dite « prise en otage », a demandé à l'Etat d'« assurer sa mission de service public » en permettant la libre circulation sur le territoire.

    Guyane: les raisons de la colère

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.