GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: quelle place pour le cannabis dans la campagne présidentielle?

    media Au fil des années, à défaut d'être dépénalisé, le cannabis s'est en tout cas banalisé en France. LEA PATERSON/SCIENCE PHOTO LIBRARY

    C'est un sujet tabou qui fait débat à chaque campagne présidentielle et qui n'a connu que peu d'évolutions dans la loi française : depuis 1970, la consommation de stupéfiants, y compris le cannabis, est passible d'un an de prison et de 3 750 euros d'amende. Cette année pourtant, la plupart des candidats à l'élection présidentielle proposent de modifier cette loi, et même de l'assouplir.

    Le cannabis légalisé, ça n'est pas pour tout de suite, sauf pour trois candidats de la gauche. Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou souhaitent légaliser son usage en encadrant sa distribution. Les économies ainsi réalisées serviraient à financer la prévention. A l'inverse pour Marine Le Pen et Nicolas Dupont Aignan, non c'est non, hors de question de toucher à la loi.

    Entre les deux, il y a les autres. Ceux qui entendent assouplir le texte de 1970. C'est le cas de François Fillon qui propose de punir d'une amende le consommateur interpellé pour la première fois. S'il y a récidive, alors cela resterait un délit.

    L'amende, c'est aussi le choix d'Emmanuel Macron. Le candidat d'En marche ! veut sanctionner l'usage et la détention de cannabis par une contravention de 100 euros. Nathalie Arthaud, de Lutte Ouvrière, et Jacques Cheminade, sont un peu plus flous. Ils trouvent le système français trop répressif et sont favorables à la dépénalisation du cannabis, sans toutefois avancer de propositions concrètes.

    A l'instar des candidats, les acteurs de terrain aussi sont divisés. Magistrats, médecins, policiers, rien ne semble les mettre d'accord. Au fil des années, à défaut d'être dépénalisé, le cannabis s'est en tout cas banalisé : 700 000 Français fument des joints tous les jours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.