GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Septembre
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la grogne continue chez les surveillants de la prison de Fleury-Mérogis

    media La prison de Fleury-Mérogis, photographiée le 10 avril 2017. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

    Nuit mouvementée à Fleury-Mérogis, en région parisienne. Les 350 surveillants de la plus grande prison d'Europe ont bloqué l’établissement pendant plusieurs heures. Et ce mardi 11 avril 2017, la mobilisation déclenchée par la récente agression de six gardiens se poursuit.

    Devant la maison d’arrêt de Fleury Mérogis,  Stéphane Lagarde

    Après les palettes et les pneus brûlés, c’est une autre manière de s’adresser à l’opinion qu’a choisi ce mardi l’intersyndicale des agents UFAP, FO et CGT de Fleury-Mérogis. L'heure est à la distribution de tracts à un rond-point donnant accès à la prison pour sensibiliser l’opinion sur ce qui se passe à l’intérieur.

    « C’est le calme apparent, mais à l’intérieur, c’est une situation qui est explosive, explique Didier Kandassamy, de FO pénitentiaire. Nous avons une surpopulation qui a atteint un taux de 180 %. Ça veut dire qu’on a un surveillant pour plus de 100 détenus. Donc, il y a des matelas au sol, pas assez de places pour les activités. »

    Des listes d’attente, notamment pour les activités sportives. Depuis l’agression de six gardiens et la grève des surveillants, la situation est tendue également pour les détenus, affirme Léa, venue visiter son copain incarcéré :

    « Ils n’ont pas de cantine, ils n’ont pas de tabac. En ce moment, avec les grèves, il n’y en a pas. Pas de tabac, c’est une des raisons principales du " pourquoi il y a des bagarres ". Enorme tension tous les jours, on peut faire confiance en personne... »

    Bagarres, violences à l’intérieur de l’établissement, mais aussi des menaces à l’extérieur pour les surveillants.

    « Depuis la fatwa qui a été lancée contre les personnels en tenue avec l’attentat d'Aulnay, les personnels sont une cible potentielle. On l’a vu avec la tentative d’assassinat à Meaux, sur le parking de Meaux. Ensuite des surveillants qui ont été tabassés à Bois-d’Arcy et puis à Fresnes. Cette violence va au-delà de nos murs », constate Didier Kandassamy, de FO pénitentiaire.

    Autant de questions qui seront évoquées avec la direction de la pénitentiaire.

    → À relire : Fleury-Mérogis, une maison d’arrêt sous haute surveillance

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.