GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Pour l'instant, nous avons au moins 50 morts et plusieurs blessés après une attaque kamikaze mardi contre une mosquée de Mubi durant les prières du matin», a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police de l'Etat d'Adamawa, Othman Abubakar.

    Dernières infos
    Zoom

    Handicap : manifestation des «oubliés» de la campagne

    media Une centaine de personnes se sont rassemblées, mardi 11 avril 2017, sur l'esplanade du Trocadéro, pour que les candidats à l'élection présidentielle prennent position sur la question du handicap. RFI/Fabien Leboucq

    La« Marche citoyenne des oubliés » est arrivée à Paris, ce 11 avril, après 17 jours de trajet. A l’initiative de l’association des paralysés de France, Nicolas, Yoann, Jean-Pierre et Philippe ont parcouru, en fauteuil roulant ou sur leurs vélos spéciaux, les 400 kilomètres qui séparent Nantes, dans l’ouest de la France, de la capitale. Objectif : attirer l’attention des candidats à l’élection présidentielle sur la situation des handicapés français.

    « Liberté, égalité, fraternité ! Et vous nous avez oubliés ! ». Les slogans de l’association des paralysés de France (APF), à l’attention des politiques sont clairs. Le but du rassemblement, place du Trocadéro, sur l’esplanade des Droits humains, l’est tout autant.

    Ils sont une centaine à acclamer les quatre « marcheurs citoyens » et leur chauffeur lorsqu’ils arrivent. Gilet jaune fluo pour être reconnus au milieu des touristes, la plupart des personnes présentes sont en fauteuil roulant ou handicapées.

    Sous les vivats, les quatre hommes racontent volontiers leur voyage, eux qui voulaient « porter le message du handicap jusqu’à Paris », explique Yoann, des cales plein les mains. Touché, il explique que « tous les soirs, on était accueilli par des membres d’associations, on a rencontré des élèves dans les écoles, les gens nous aidaient à rentrer et à sortir des villes. » Il résume, ravi, ce périple de près de vingt jours : « Beaucoup de discussions, beaucoup de partage ! »

    Attirer l’attention : pari réussi

    Philippe, un autre des quatre héros de la journée, est également ému, mais un petit peu déçu : « Je m’attendais à plus de monde. J’aurais bien aimé qu’il y ait beaucoup plus de citoyens. Parce que le handicap, ça ne concerne pas que les handicapés. »

    Après avoir parcouru environ 400 kilomètres, Philippe et Yoann terminent la marche des oubliés à l'esplanade du Trocadéro, à Paris, le mardi 11 avril 2017. RFI/Fabien Leboucq

    Cependant, les organisateurs s’en félicitent : leur initiative a au moins eu le mérite d’attirer l’attention des médias : ils sont plus d’une dizaine à l’arrivée. Il y a aussi un candidat à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan. Interrogée sur cette présence, Sylvie tranche : « Je ne veux pas lui serrer la main ». La femme handicapée, mère d’un jeune qui l’est également, dénonce une récupération. « C’est de l’opportunisme, s'emporte-t-elle. En général, pour la société, on n’existe pas, et ce qui est très choquant, c’est que pendant la campagne présidentielle, on n’existe pas du tout ! »

    Oubliés de la campagne, et par les politiques en général, les handicapés ont prévu de faire la tournée des quartiers généraux de tous les candidats à l’élection présidentielle. L’association des paralysés de France leur remettra la pétition, signée par plus de 5 000 personnes, et une liste de demandes. Sylvie, en évoque une, en priorité : la prise en charge réelle des handicapés, et un appui à leurs familles, souvent livrées à elles-mêmes pour gérer des situations « catastrophiques ». Selon l’APF, la moitié des enfants handicapés sont déscolarisés avant l’âge de 10 ans, faute de personnels qualifiés et de structures adaptées.

    Une rencontre annuelle sur le handicap

    « 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en France, c’est inadmissible ! », s’énerve Grégoire Charmois, directeur de l’APF en Loire-Atlantique et coordinateur de la marche. Parmi eux, un million d’handicapés. L’association des paralysés de France défend l’idée d’un revenu d’existence. « Ce n’est pas le revenu universel, précise Grégoire Charmois, c’est un revenu destiné à toutes les personnes ne pouvant pas travailler à cause d’une maladie ou d’un handicap. »

    Aujourd’hui, l’allocation adulte handicapé, d’un montant mensuel de 807 euros, dépend de l’ensemble des revenus du ménage où vit la personne qui en bénéficie. Si un membre du ménage gagne plus qu’un certain seuil, l’allocation est réduite, voire supprimée. L’intérêt d’un revenu, plutôt que d’une allocation, est qu’il ne serait pas conditionné à ce que peuvent gagner les membres du ménage où vivent les personnes handicapées. « On voudrait que ce revenu soit égal à ce que pourrait gagner la personne si elle pouvait travailler, c’est-à-dire au SMIC [soit plus de 1100 euros nets mensuels] », ajoute le responsable de l’APF.

    Dernière revendication majeure, directement destinée au futur occupant de l’Elysée : organiser une rencontre annuelle autour de la question du handicap, pour faire régulièrement un état des lieux de la question en France. Reste à savoir si les candidats s’engageront officiellement auprès de l’association des paralysés de France sur ce point.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.