GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le camp de migrants de Grande-Synthe ne serait pas reconstruit

    media Il ne reste presque plus rien du camp de migrants de Grande-Synthe, dans le nord de la France, depuis l'incendie qui l'a ravagé dans la nuit du lundi 10 avril 2017. REUTERS/Pascal Rossignol

    Deux jours après le violent incendie qui a ravagé le camp de Grande-Synthe dans le nord de la France, les premiers départs de migrants vers des centres d'accueil et d'orientation vont être organisés ce mercredi 12 avril 2017. En attendant leur prise en charge, des gymnases ont été mis à leur disposition. La plupart des migrants ont perdu le peu qu'ils avaient. Reportage.

    A Grande-Synthe, Alice Pozycki

    Du camp de Grande-Synthe, il ne reste plus rien ou presque. Avec l'incendie, les migrants - près de 1 500 - ont dû évacuer le lieu rapidement. Claire Millot de l'association Salam les suit au quotidien. Deux jours après, c'est encore le désarroi qui domine. « La plupart ont perdu toutes leurs affaires, et même, certains, le peu de papiers qu’ils avaient. Donc, ils ne savent pas où ils vont aller. Les enfants sont encore plus perdus. Ils veulent retourner sur le camp, ils veulent retrouver leurs affaires. Et les adultes, on leur dit : on va vous trouver des places dans des centres d’hébergement. Personne ne croit qu’il y aura 1 500 places dans des centres d’hébergement. Et puis ce n’est pas forcément ce qu’ils veulent », remarque-t-elle.

    « C’est une catastrophe humanitaire »

    Ce que veulent ces migrants, c'est aller en Angleterre. Alors, depuis que le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl a annoncé que le camp ne serait plus reconstruit, Claire Millot et les associations locales sont inquiètes. « C’est une catastrophe. C’est une catastrophe humanitaire. Ces gens, ils veulent être là. Ils veulent continuer à essayer de passer sur les camions pour aller en Angleterre. Et donc, on va les trouver dans la nature, à dormir dehors, sous une toile, sans douche, sans robinet, sans toilettes, sans rien du tout », prévoit Claire Millot.

    Les associations redoutent que le scénario de Calais se répète à Grande-Synthe. Depuis le démantèlement de la jungle en automne 2016, plus de 400 migrants sont revenus dans la ville et dorment chaque nuit dehors.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.