GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
Aujourd'hui
Jeudi 24 Août
Vendredi 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Présidentielle française: à Marseille, François Asselineau défend son «Frexit»

    media François Asselineau, candidat souverainiste à l'élection présidentielle française de 2017. REUTERS/Charles Platiau

    A une semaine du premier tour de la présidentielle en France, les onze concurrents jettent leurs dernières forces dans la campagne. François Asselineau, candidat de l’Union populaire républicaine (UPR) et porte-drapeau autoproclamé de la sortie de la France de l'Union européenne (UE), a tenu, ce samedi 15 avril 2017, un meeting à Marseille pour dévoiler son programme. Pour lui, le « Frexit » serait synonyme de grands changements politiques dans le pays.

    A Marseille, François Asselineau s'est exprimé plus de 3 h 30 face à 700 personnes. L'occasion d'un discours fleuve très largement dédié au « Frexit ». « Non, je ne suis pas europhobe, je suis contre l’Union européenne. Non, quand je vois le drapeau européen, je n’ai pas de phobie. J’interprète ce drapeau comme simplement celui d’une dictature qui s’est imposée au peuple français et que j’ai envie de combattre », s'exclame-t-il.

    La sortie de l'Union européenne, un thème qui rassemble beaucoup des soutiens du candidat. C'est le cas d'Inès, qui explique être « la première à voyager partout dans le monde, à avoir des amis à l’étranger. Mais ce n’est vraiment pas ça, c’est juste faire passer le droit des Français avant celui des autres ». Venue de Paris applaudir son champion, elle l'affirme : « ça me fait "chier" que mes impôts aillent en Lettonie au lieu d’aller aider des Français. Ce serait complètement illogique de prétendre l’inverse ! ».

    Se démarquer

    Très bas dans les sondages, entre 0,5 et 1 point, François Asselineau cherche à se démarquer de ses concurrents directs, notamment de Marine Le Pen qui « ne propose pas du tout ce [qu'il] propose ». Devant son public, le héraut du « Frexit » raille la candidate du Front national (FN). « Elle propose d’entrer en renégociations à la "saint glinglin", peut-être de sortir de l’euro, après les élections italiennes. Ça nous remet en 2018, plus les deux ans de négociations. Tout cela nous amène en 2020. Finalement elle va nous proposer un truc qui se situera en 2037. »

    « Faites-moi confiance », martèle le candidat souverainiste, à lui et lui seul car « les autres candidats, ce n'est que marketing ».

    François Asselineau: «Le Frexit permettra de reprendre en main notre destin collectif et de recouvrer notre démocratie» 16/04/2017 - par Stéphane Burgatt Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.