GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Aujourd'hui
Lundi 29 Mai
Mardi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Présidentielle 2017: en Guyane, les candidats ne sont pas à l'affiche

    media Les seules affiches de la campagne visibles à Cayenne sont celles du candidat François Asselineau. Photo prise le 14 avril 2017. jody amiet / AFPjody amiet / AFP

    En Guyane, la récente ouverture des barrages pour le week-end pascal est intervenue trop tard pour permettre le bon acheminement du matériel de propagande électorale. Les affiches des candidats ne sont pas arrivées dans les bureaux de vote et les électeurs ne recevront pas les habituelles professions de foi avant le 1er tour.

    A une semaine du premier tour, les panneaux électoraux ont été installés devant les bureaux de vote guyanais, mais ils demeurent désespérément vides. A Cayenne, les seules affiches électorales visibles sont celles du candidat François Asselineau, crédité d’environ 1% des intentions de vote dans les sondages. Grève générale oblige, la campagne électorale a été largement occultée depuis un mois en Guyane par le mouvement social, qui a également rendu impossible l'envoi des professions de foi aux électeurs.

    Une situation plutôt inédite dont la Commission nationale de contrôle des élections (Cnccep) a fini par prendre acte en reconnaissant dernièrement « l'impossibilité d'expédier les circulaires des candidats aux électeurs guyanais avant le premier tour du scrutin ».

    Les graves perturbations qui ont affecté le transport aérien ont empêché la plupart des candidats de respecter le délai d’acheminement de leur matériel électoral. Un délai commun à tous les départements dont la Guyane, précise la Cnccep. Seuls 4 candidats sur 11 sont en fait parvenus à expédier leurs affiches et circulaires à temps, mais les nombreux barrages présents sur les routes guyanaises ont considérablement ralenti la distribution, quand ils ne l’ont pas tout simplement interdite.

    Distribution « matériellement impossible »

    Certains partis politiques comme LR ou le Parti socialiste ont voulu se tourner vers des imprimeries locales, mais ces dernières n’ont pas été en mesure de répondre aux commandes, pouvait-on lire récemment dans les colonnes du média en ligne franceguyane.fr. Entre manifestations et blocages, imprimer et diffuser 80 000 professions de foi n’est pas une mince affaire.

    C’est le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl, qui ce dimanche 16 avril dans un entretien accordé au JDD a douché les derniers espoirs de voir arriver en Guyane la propagande électorale. « Matériellement impossible » a asséné le ministre, en charge de l’organisation du scrutin. « Avec les barrages, la Poste a beaucoup de difficultés à acheminer le courrier. Ne pouvant envoyer le matériel de chaque candidat partout de manière égale, il a été décidé de ne l'envoyer nulle part. Le matériel sera disponible dans les mairies et sur internet », a précisé l’hôte de Beauvau.

    De son côté, le préfet de Guyane, Martin Jaeger, assure que toutes les communes recevront dans les prochains jours le matériel électoral composé de bulletins de vote et d’enveloppes, pour les 119 bureaux disséminés dans le département.

    Voter en connaissant déjà le résultat

    Car l’absence de propagande électorale, dans le contexte de crise actuel, a suscité des doutes et des interrogations chez de nombreux guyanais quant à l’organisation même du scrutin. Une inquiétude renforcée par la circulation de rumeurs sur les réseaux sociaux prétendant que l’élection n’aurait pas lieu dans le département d’outre-mer. Si les services de l’Etat assurent que le scrutin présidentiel aura bien lieu en Guyane, il n’y a que le vote par procuration qui pourrait être menacé, en l'absence de service postal.

    Appels au vote blanc ou au boycott pur et simple de l’élection par certains collectifs, propagande électorale inexistante, la situation ne risque pas de favoriser l'intérêt pour l'élection, d'autant que les électeurs guyanais ont pour habitude de s'abstenir massivement. Lors du dernier scrutin présidentiel, en 2012, sur près de 80 000 électeurs (sur une population de 250 000 personnes), près de 33 000 s'étaient abstenus.

    Il faut dire que pendant longtemps, les électeurs guyanais étaient un peu découragés d’aller voter, dans la mesure où ils le faisaient en connaissant déjà le résultat de l’élection, à cause du décalage horaire avec la métropole… Ainsi, le 21 avril 2002, les Guyanais avaient entendu Lionel Jospin annoncer son retrait de la politique alors que le premier tour du scrutin présidentiel n’était pas terminé dans le département. Mais depuis une disposition adoptée en 2005, désormais la Guyane vote un jour plus tôt et les Guyanais ne sont donc plus les électeurs de la 25e heure.

    Les premier et second tours de l'élection présidentielle doivent respectivement avoir lieu les samedis 22 avril et 6 mai en Guyane

    • Les électeurs peuvent consulter les professions de foi des candidats sur www.cnncep.fr ou bien sur le site de la préfecture de Guyane www.guyane.gouv.fr

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.