GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Juin
Lundi 26 Juin
Mardi 27 Juin
Mercredi 28 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 30 Juin
Samedi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: un militaire de Barkhane jugé pour agression sexuelle sur deux fillettes

    media Des soldats français de Barkhane et des ex-rebelles de la CMA (Coordination des mouvements de l'Azawad, dans les rues de Kidal, dans le nord du Mali, le 25 octobre 2016. STRINGER / AFP

    Le procès de Sébastien L. pour des attouchements présumés commis au Burkina Faso s’ouvre ce mardi 18 avril à Paris. Le militaire français est soupçonné d’avoir commis des agressions sexuelles sur deux fillettes à Ouagadougou alors qu'il servait dans la force Barkhane.

    Les faits datent du 28 juin 2015. Ce jour-là, deux militaires de la force Barkhane se détendent à la piscine d'un hôtel de la capitale burkinabè, Ouagadougou. Ils y rencontrent une Française expatriée au Burkina Faso. Elle est venue se baigner avec sa fille de 3 ans et une autre enfant de 5 ans.

    Les adultes sympathisent et Sébastien L. passe l'essentiel de la journée à jouer dans la piscine avec les deux fillettes. Dans l'après-midi, la mère de famille invite les deux militaires à son domicile, mais elle finira par leur demander de quitter les lieux.

    Les deux soldats exfiltrés vers la France

    A plusieurs reprises, en effet, elle retrouve le prévenu dans la chambre de sa fille où il affirme la « consoler d'un cauchemar ». Mais après le départ des deux hommes, elle découvre surtout une petite caméra portative oubliée sur place, une caméra avec laquelle des attouchements sur les deux petites filles ont été filmés.

    Une plainte est déposée et les deux soldats sont immédiatement suspendus et exfiltrés vers la France avec l'accord des autorités burkinabè. Une décision que le père d'une des deux fillettes « n'a pas digérée ». Les victimes et leurs familles seront parties-civiles au procès. Le prévenu, qui reconnait partiellement les faits, risque jusqu'à dix ans de prison.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.