GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Vendredi 28 Avril
Samedi 29 Avril
Aujourd'hui
Lundi 1 Mai
Mardi 2 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Guyane: les manifestants réinstallent des barrages routiers

    media Après un week-end de trève, des barrages ont de nouveaux été dressés un peu partout en Guyane ce mardi 18 avril 2017. jody amiet / AFP

    Nouvelle journée de blocages en perspective, en Guyane. Le collectif « Pou La Gwiyann Dékolé » a décidé, lundi 17 avril au soir, de réinstaller les barrages routiers pour obtenir du gouvernement la validation d'un protocole d'accord.

    Le week-end de Pâques est terminé et les barrages sont de retour en Guyane. Depuis 22 heures, ce lundi, les routes sont à nouveau fermées dans le département d'outre-mer afin de « faire pression sur le gouvernement » explique le collectif à l'origine du mouvement.

    « Pou la Gwiyann Dékolé » a fait parvenir un texte à l'exécutif, en métropole. Un protocole qui « acte » le plan d'urgence d'un milliard d'euros proposé par le gouvernement, propose d'ouvrir le dialogue sur les 2 milliards supplémentaires réclamés par les manifestants et pose deux conditions non-négociables préalables à la reprise du dialogue.

    D'abord, l'exécutif devra « acter le fait que le peuple guyanais veut se prendre en main ». Autrement dit, qu'il souhaite une consultation citoyenne sur l'avenir institutionnel du département. Ensuite, les protestataires demandent qu'aucune poursuite ne soit engagée contre les manifestants ayant pris part au mouvement. Une référence aux contrôles de police ordonnés sur les barrages, depuis vendredi 14 avril par la justice.

    Une position très applaudie, lundi soir, lors de la présentation du texte, à Cayenne. Mais une partie de la population guyanaise doute que le gouvernement réponde favorablement à quelques jours, seulement, du premier tour de l'élection présidentielle.

    Il faut instaurer un rapport de force
    Ecoutez le reportage de Viviane Dauphoud-Eddos d'Outremer Première pour RFI 18/04/2017 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.