GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Guyane: signature d’un accord pour mettre fin à la colère

    media Membres du collectif «Pou Lagwiyann Dekole» et des élus guyanais débattent sur le projet d'accord, en présence des «500 frères», au siège de la CGT Guyane, à Cayenne, le 20 avril 2017. jody amiet / AFP

    Après plus d’un mois de blocage, un accord a été finalement signé ce vendredi 21 avril en Guyane entre le collectif qui mène le mouvement social depuis un mois, l'Etat et les élus guyanais.

    Avec notre envoyée spéciale à Cayenne, Alice Pozycki

    Les Guyanais attendaient cet accord de pied ferme. Ils étaient plusieurs centaines ce vendredi à se tenir debout, devant la préfecture de Cayenne, à acclamer le collectif Pou la Gwiyann dékolé (« Pour que la Guyane décolle ») qui a signé le protocole. 

    C'est l'aboutissement d'un dialogue « jamais rompu », se félicite Martin Jaeger, le préfet de Guyane. « Il n'y a jamais eu, tout au long de ce conflit, de conflit entre l'Etat et la population. Il y a eu des attentes, des discussions, des exigences, mais il n'y a jamais eu de refus de l'Etat, de la démocratie », se félicite-t-il.

    Cependant, le porte-parole du collectif Pou la Gwiyann dékolé Davy Rimane, ne parle pas encore de victoire. « C'est un bon début. C'est maintenant que les choses sérieuses vont commencer. Il va falloir tenir la distance. On a hâte de voir les fruits de cette lutte », confie-t-il.

    Cet accord comprend le plan d’urgence de 1,8 milliard d’euros, déjà accordé par le gouvernement début avril, ainsi que les avancées obtenues par le collectif ces dernières heures. Celles-ci sont en réalité plutôt maigres. Le point le plus important portait sur les 2 milliards d’euros supplémentaires que réclamait le collectif et que le Premier ministre Bernard Cazeneuve avait dans un premier temps qualifié d’irréalistes. L’Etat a finalement reconnu que la Guyane a besoin de cette aide supplémentaire et promet de les examiner en priorité.

    Un engagement timide. L’Etat ne va pas mettre immédiatement la main au porte-monnaie. Surtout, cela n’engage pas le prochain gouvernement. Cet accord permet donc surtout au collectif Pou la Gwiyann dékolé de sortir de ce conflit la tête haute. A défaut d’un décollage immédiat, la Guyane va donc redémarrer dès ce samedi avec la levée des barrages.

    On ne croit pas au Père Noël, on verra !
    Les Guyanais sceptiques 22/04/2017 - par Alice Pozycki Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.