GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    France

    Présidentielle 2017: Jean-Marie et Marine Le Pen chargent Emmanuel Macron

    media Marine Le Pen en meeting au Parc des expositions de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, le 1er mai 2017, au côté de Nicolas Dupont-Aignan à six jours du second tour de la présidentielle. RFI / Pierre René-Worms

    En meeting à Paris, Marine Le Pen a attaqué Emmanuel Macron. La présidente du Front national, rejointe par Nicolas Dupont Aignan pressenti pour être son Premier ministre, a taclé son adversaire à la présidentielle.

    Avec nos envoyés spéciaux à Villepinte et place des Pyramides à Paris,  Pierre Firtion et Anthony Lattier

    La candidate d’extrême droite a prononcé ce lundi midi un véritable réquisitoire contre Emmanuel Macron.

    Marine Le Pen au Parc des expositions de Villepinte 01/05/2017 - par Pierre Firtion Écouter

    « Notre adversaire, c’est la finance » a-t-elle lancé devant ses militants réunis à Villepinte, reprenant la célèbre phrase prononcée par François Hollande en 2012. « Mais cette fois notre adversaire, il a un nom, il a un visage. C’est Emmanuel Macron », a lancé la candidate d'extrême droite. Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron « c’est François Hollande qui veut rester et qui s’accroche au pouvoir comme une bernique ». « Eh bien ce candidat sortant, nous allons le sortir ! », a-t-elle promis.

    Un discours prononcé devant la famille frontiste réunie au grand complet : Florian Philippot, Marion Maréchal-Le Pen, Louis Aliot, David Rachline, le maire de Béziers Robert Ménard, sans oublier le nouvel allié de Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, qui a ouvert ce meeting par ces mots : « Nous avons rendez-vous avec la grande histoire de France ».

    Nicolas Dupont-Aignan au meeting du FN à Villepinte 01/05/2017 - par Pierre Firtion Écouter

    Le président de Debout la France a lancé à un public ravi : « Je n’aurais jamais pu me regarder dans le miroir de l’histoire de France s’il avait manqué une seule voix dimanche », a-t-il déclaré devant une salle qui a scandé son prénom à plusieurs reprises. Un premier discours et donc un meeting qui se déroule ici, devant plusieurs milliers de personnes dans ce grand hall du Parc des expositions de Villepinte, un hall qui n’a pas fait le plein, loin de là.

    Les sympathisants et militants présents sont eux venus en car de toute la France. Un public qui se dit convaincu de la victoire de sa candidate dimanche prochain.

    Le fondateur du Front national Jean-Marie Le Pen a tenu son traditionnel discours devant la statue de Jeanne d'Arc, le 1er mai 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Le traditionnel rendez-vous du FN aux pieds de Jeanne d'Arc

    En parallèlle, comme chaque année, place des Pyramides à Paris, à côté du jardin des Tuileries en plein cœur de la capitale, le père de la candidate Front national s’est recueilli devant la statue dorée de Jeanne d’Arc.

    A propos de la présence de sa fille au second tour Jean-Marie Le Pen, 88 ans, veste rouge et béret noir, s’est attribué une partie de son succès. « Les petits ruisseaux font de grandes rivières », a-t-il déclaré, ne se disant pas vraiment bluffé par sa présence au second tour. Le contexte était selon lui plus favorable qu’en 2002, quand lui-même s’était qualifié au second de la présidentielle.

    Jean-Marie Le Pen s’est exprimé devant une foule assez clairsemée : 300 à 400 personnes réunies pour l’écouter. Etaient présents notamment les durs de l’extrême droite comme le parti de la France de Carl Lang, Civitas, le mouvement catholique intégriste dont le président Alain Escada assure à RFI ne pas avoir voté pour Marine le Pen au premier tour. Son discours est « trop aseptisé » selon lui. Un avis partagé par plusieurs personnes présentes lors de ce traditionnel rassemblement.

    La plupart assurent néanmoins qu'ils voteront pour elle au second tour, mais pas vraiment par adhésion. Plus pour éliminer Emmanuel Macron qualifié de « mondainiste » et de « gangster » par des militants d'extrême droite présents dans la foule.

    Macron c’est un Hollande bis. Il nous parle d’avenir, mais il n’a pas d’enfant. Il nous parle des travailleurs, mais c’est un ancien banquier de chez Rothschild. Il veut dynamiser l’économie, mais il fait partie de ceux qui l’ont dynamitée. Cet énarque pantouflard, fabriqué et propulsé par les médias, ne peut pas être le chef d’Etat de la France ! Il y a, heureusement, un choix national, un choix patriotique, celui d’une mère de famille engagée depuis des années au service du pays. Député, conseiller régional du nord, elle a acquis des compétences et elle a le caractère nécessaire. Et c’est pourquoi la France va la choisir comme chef de l’Etat. Offrons-lui dimanche le muguet de la victoire ! Vive Marine, vive la République, vive la France !

    Jean-Marie Le Pen devant la statue de Jeanne d'Arc sur la Place des Pyramides à Paris 01/05/2017 - par Anthony Lattier Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.