GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le PS soutient Macron à Dijon, avec les législatives en ligne de mire

    media Les socialistes Bernard Cazeneuve, François Rebsamen et Jean-Cristophe Cambadélis en meeting à Dijon pour soutenir la candidature d'Emmanuel Macron, le 2 mai 2017. PHILIPPE DESMAZES / AFP

    Jean-Christophe Cambadélis, le patron du Parti socialiste (PS), et plusieurs membres du gouvernement, dont le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, étaient à Dijon ce mardi 2 mai. S’ils étaient officiellement réunis pour un meeting de barrage au FN, cet événement avait aussi des allures de premier rassemblement PS pour les législatives.

    Quelques centaines de militants, le noyau dur de ce Parti socialiste fracassé, s’étaient réunis dans une petite salle dijonnaise ce mardi 2 mai. Il s’agissait des légitimistes, ceux qui sans état d’âme militent pour le vote Macron et contre le « ni ni » de Jean-Luc Mélenchon. Si le patron de La France insoumise n’a jamais été cité, il a pourtant été vivement critiqué par le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis.

    « Certains sont en train de nous inventer une nouvelle catégorie de vote : le vote subtil. Mais l’heure n’est pas aux raisonnements fins, débités par de fines bouches. Ceux qui abandonnent la stratégie du front contre le front en seront pour leur frais », a-t-il affirmé. « Le projet d’Emmanuel Macron, on verra plus tard », a ensuite déclaré le patron du PS.

    Mais pour le Premier ministre Bernard Cazeneuve, c’est maintenant et sans fausse pudeur : « Faites voter dimanche résolument pour Emmanuel Macron. Ne le faites pas simplement contre Marine Le Pen, faites-le avec la fierté de ce que nous avons accompli et le désir de voir ce que nous avons accompli se poursuivre ».

    Le candidat d’En Marche ! a donc été présenté comme l’héritier, même partiel, du quinquennat, ce qui pose les premiers jalons pour les législatives. C’est aussi un avertissement cinglant aux frondeurs et à leur ex-candidat Benoît Hamon. Au PS, l’heure des règlements de compte va bientôt sonner.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.