GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Présidentielle 2017: l'écologie, grande absente du second tour

    media La tour Eiffel illuminée de vert au lendemain de la signature de l'accord sur le climat à Paris, le 4 novembre 2016. REUTERS/Jacky Naegelen/File Photo

    L'écologie est la grande absente de la campagne présidentielle pour le second tour. Elle a disparu avec l'élimination de ceux qui en avaient fait leur pierre angulaire : à savoir Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon.

    Le candidat socialiste et celui de la France insoumise avait placé la transition écologique au cœur de leur programme. C'était grâce à cette transition qu'ils comptaient résoudre les problèmes économiques et sociétaux, et notamment le chômage.

    Avec leur élimination, l'environnement se trouve être un sujet à la marge. Les candidats qui restent en lice, n'en parlent ni dans leurs interviews, ni lors des meetings. Et pendant les deux heures et demie du débat télévisé de ce mercredi, pas un mot sur les sujets écologiques : une absence très remarquée et abondamment commentée sur les réseaux sociaux.

    Au point que le candidat Macron et son équipe ont visiblement pris conscience de ce raté. Jeudi matin, ils ont publié ce tweet : « On n’a pas évoqué beaucoup de sujets : l’écologie en fait partie. Il y a une vraie différence de vision. »

    Et c'est vrai: si Marine Le Pen est pour l'allongement la durée d'exploitation des réacteurs nucléaires et qu'elle juge l'accord de Paris sur le climat « bancal et inexploitable », Emmanuel Macron défend, lui, l'accord de Paris et il promet de réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique à 50% à l'horizon 2025.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.