GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    • Guerre commerciale États-Unis/Chine: Johnson «très inquiet», «ce n'est pas une manière de faire»
    • L'Union doit «laisser tomber» le filet de sécurité irlandais pour éviter un Brexit sans accord (Boris Johnson)
    France

    Présidentielle française: mesures de sécurité maximales pour le second tour

    media Des policiers devant un bureau de vote parisien lors du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017. REUTERS/Christian Hartmann

    Le second tour de scrutin de l'élection présidentielle française est placé, comme il y a 15 jours, sous haute surveillance. Alors que la France est toujours sous état d'urgence, les forces de l'ordre seront à nouveau massivement mobilisées, ce dimanche 7 mai.

    Comme lors du premier tour, plus de 50 000 policiers et gendarmes seront déployés à travers le pays, ce dimanche.

    Aux côtés des militaires de l'opération Sentinelle et des polices municipales, ils auront la tâche de sécuriser les 66 546 bureaux de vote de France métropolitaine et « d'intervenir immédiatement en cas d'incident », indique le ministère de l'Intérieur.

    En région parisienne, ce sont 12 000 policiers et gendarmes qui seront mobilisés. Là encore pour assurer la sécurité des opérations de vote, mais aussi celle des éventuels rassemblements populaires qui pourraient avoir lieu à l'issue du scrutin : célébrations de victoire ou manifestations de contestation.

    Au soir du premier tour, plusieurs centaines de jeunes « antifascistes » s'étaient rassemblés à Paris pour protester contre les deux candidats qualifiés. La manifestation avait dégénéré, 6 policiers et 3 manifestants avaient été blessés dans des échauffourées qui avaient abouti à l'interpellation de 143 personnes.

    Et, comme cela avait été le cas le 23 avril, une cellule de suivi sera installée au ministère de l'Intérieur. Chargée d'adapter les dispositifs de sécurité pour prévenir ou contenir les éventuels troubles à l'ordre public qui pourraient survenir.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.