GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Septembre
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le ministère de la Santé revient à un médecin, la chercheuse Agnès Buzyn

    media La directrice de la Haute autorité de la santé, Agnès Buzyn, a été nommé, mercredi 17 mai 2017, ministre des Solidarités et de la Santé. FRANCOIS GUILLOT / AFP

    Le président de la République a nommé Agnès Buzyn à la tête du ministère des Solidarités et de la Santé. Comme il l’avait annoncé avant son élection, il a nommé un médecin. Un médecin qui est doté d’une certaine expérience au sein d’institutions sanitaires du pays.

    Professeur de médecine, spécialisée en hématologie, Agnès Buzyn a dirigé notamment l’Institut national du cancer de 2011 à 2016. Depuis, elle présidait la Haute autorité de santé (HAS), un organisme chargé d’élaborer des recommandations de santé publique, et d’évaluer les médicaments.

    Cette élégante brune, de laquelle émane une certaine douceur, a ainsi exercé des fonctions jusqu’alors réservées à des hommes. A 54 ans, elle a une expérience de médecin au sein de l’hôpital public, d’enseignante et de chercheur, mais elle connaît donc, aussi, les arcanes du système de santé. A noter qu’elle est mariée avec le directeur de l’Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

    De gauche, elle s’est toujours dite très attachée au service public, et soucieuse des inégalités de santé. Il lui revient désormais la responsabilité de les combattre, à la tête du Ministère des Solidarités et de la Santé. Elle devra concrétiser les promesses du candidat Macron, parmi lesquelles la prise en charge intégrale des lunettes, des prothèses dentaires et auditives et le doublement du nombre de maisons de santé d’ici 5 ans pour lutter contre les déserts médicaux.

    Elle devra aussi restaurer le dialogue avec les médecins libéraux, très remontés contre Marisol Touraine, la ministre sortante.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.