Réécouter
Chronique de Mamane
Ruissellement
Mamane.
 
GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Janvier
Dimanche 13 Janvier
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: une femme nommée à la tête de la principale Eglise protestante

    media La nouvelle présidente de l’Église protestante unie de France, Emmanuelle Seyboldt, est pasteure depuis 1994 Baccara300/ Wikimedia CC BY-SA 4.0

    Cinq cents ans après la Réforme de Luther, elle est la première femme portée à la tête des luthériens et réformés français. Emmanuelle Seyboldt a été désignée, à 46 ans, présidente du Conseil national de l'Eglise protestante unie de France (EPUdF), lors d'un synode à Lille.

    Elle n’était même pas candidate. Pourtant, Emmanuelle Seyboldt est désormais à la tête des luthériens et des réformés français. A 46 ans, elle accède ce samedi au poste de présidente du Conseil national de l’Eglise protestante unie de France.

    Cette nomination est une surprise pour cette ancienne aumônière hospitalière, mère d'une famille recomposée de sept enfants, divorcée puis remariée. Depuis sa reconnaissance comme pasteur en 1994, elle se considère « en phase avec un protestantisme qui n'a pas peur de ce que l'époque produit ».

    Emmanuelle Seyboldt aime philosopher sur sa foi. Elle a digéré des lectures comme celles de l'Américain Paul Tillich, attaché au maintien de la culture dans les religions. Elle cite aussi parmi ses influences théologiques Lytta Basset et Marion Muller-Colard, deux auteurs qui ont gardé leur foi « près du concret et de la vie ».

    Pour ses années de présidence, Emmanuelle Seyboldt veut être la voix du consensus entre les libéraux et les orthodoxes. Elle se qualifie elle-même de « libérale évangélique ou d'évangélique libérale ». Jusqu'alors, seule l'Eglise réformée d'Alsace et de Lorraine avait été dirigée par une femme, Thérèse Klipffel (1920-2006), de 1982 à 1988.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.